1900. Mémoires de Rossignol

Les deux petits actes que je viens de rapporter m'avaient fait connaître [deux sauvetages], et j'en profitai pour accomplir des démarches afin d'obtenir un bureau de tabac pour ma mère, restée veuve sans un sou. –C'est impossible, me répondit le comte Rogué, malgré la conduite de votre père, malgré la vôtre, madame Rossignol n'obtiendra rien. Les bureaux de tabac, c'est pour les maîtresses et les bonnes des officiers généraux.

bob:40780 source:3980