1999. Massacre à la chaîne

La plupart des participants s'injectèrent un échantillon de pot belge pour faire la fête et tenir la nuit. On « baptisa » Luc Leblanc, qui n'avait encore jamais « pris » d'amphétamines.

bob:75935 source:3977