pruneau

date : 1830 registre ancien : 7 registre moderne : 7 fréquence : 78

pruneau

& pruneau blindé ; □ lâcher ses pruneaux ; lâcher un pruneau ; coller un pruneau dans ; balancer des pruneaux ; envoyer un pruneau ; foutre un pruneau ; □ prendre un pruneau ; recevoir des pruneaux

n.m.

Balle d'arme à feu (fusil, revolver), projectile ; □ tirer ; □ recevoir une balle ALL : Flintenkugel / ANG : (prune) bullet

Synonyme : balle (d'arme), cartouche, tirer (avec arme)

Famille : prune, pruneau (balle d'arme à feu)

Usage : militaire, guerre, voyou, délinquant

9778.jpg: 442x650, 102k (14 octobre 2011 à 02h58)

1947 j'dois en r'dégauchir un autre, si je n'veux pas qu'les potes de la griffe me r'filent douze pruneaux dans l'bidonnard 1947. A la caserne, Correspondance militaire racontée en français et en argot par Marcus, dans L'argot tel qu'on le parle, agrémenté de récits amusants racontés en français et en argot
1957 Il empoigne déjà la portière pour remonter lorsque le poulet lâche ses pruneaux 1957. Carnaval à cinq
1969 Mais la Thompson et le Colt crachent le même genre de pruneau 1969. Au décarpillage
1883 Criquet reçut dans le dos de sa cuirasse une commotion qui le jeta sur le cou de son cheval. […] la balle inoffensive s'était contentée de lui donner un énorme coup de poing. –Eh bien ! c'est un pruneau, quoi ! dit un camarade. 1883. Culottes rouges
1949 le lendemain matin on le trouve raide, dans sa trottinette, à Vanves, avec un pruneau dans le cassis 1949. Un drôle de mec - Roman traduit de l'argot américain
1914-1919 Je me redresse un moment mais une grêle de pruneaux me rappelle à l'ordre. 1914-1919. Les carnets de l'aspirant Laby. Médecin des tranchées

<6 citation(s)>

B.− P. anal. (de forme ou de couleur) 1. Pop. Projectile d'arme à feu, en particulier balle de fusil, de revolver. Envoyer, recevoir un pruneau. Reste en bas, ou je te loge, au premier mouvement, un pruneau dans la tête ! (Renard, Journal, 1894, p. 229): En entendant venir les bombes, je n'eus que le temps de me jeter par terre (...). Au bout de cinq minutes, voilà Montmartre qui éclaire encore, et un autre pruneau qui nous arrive, aussi d'aplomb que le premier. A. Daudet, Contes lundi, 1873, p. 181. 2. p. anal. 1830 « projectile d'arme à feu » (E. Arago et F. Duvert, 27, 28 et 29 juillet, p. 33 ds Quem. DDL t. 19). (tlfi:pruneau) /

  • pruneau n.m. arg. ARG. MILIT. MILIT. "projectile" - R (cit.), GLLF, PR[77] (cit.), 1844, Balzac ; FEW (9, 494a), Lex.[75], ND4, PR[77], 1867, Delv. ; DFNC, 1901. Compl.TLF (mêmes réf., ø texte)
    • 1830 - «MERLIN. Je veux bien, car j'ai pas démarré de la Grève, et n'y avait pas grand' chose à manger par là. Il n'y a que les canonniers qui nous envoyaient des pruneaux pas cuits...» E. Arago et F. Duvert, 27, 28 et 29 juillet, 33 (Barba) - P.E.
  • pruneau n.m. non conv. ACT. OBJET "projectile quelconque" - ø t. lex. réf. ; absent TLF. prune : TLF, 16e ; Hu, Var. hist. ; DArg., 17e
    • 1574 - «[...] on ne cessoit de se caresser à coups de pierres et gros cailloux, qui voloyent en l'air drus comme mousches, de sorte qu'il faloit par necessité estre couvert d'aix, autrement on estoit marqué de ces pruneaux.» J. de Léry, in G. Nakam, Au lendemain de la Saint-Barthélémy, 268 (Anthropos) - P.E. (bhvf:pruneau) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).