javanais

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1855 fréquence : 9

javanais

Argot avec intercalation d'une syllabe : av, argot codé à infixe ALL : Geheimsprache

Synonyme : argot, parler argot Morphologie : javanais, -av-

9683.jpg: 907x600, 100k (05 janvier 2014 à 17h48) le_journal_pour_rire_1855_02_24 _01.jpg: 1024x1480, 461k (24 avril 2017 à 02h56) le_journal_pour_rire_1855_02_24 _02.jpg: 1024x1452, 455k (24 avril 2017 à 02h56)

1855 Au même instant M. F..., artiste du Vaudeville, vint se placer près de moi. Je lui fis remarquer les deux rieuses. –Je les connais, me dit-il. –De quel pays sont-elles ? –Elles n'ont jamais quitté Paris. –Mais elles parlent une langue étrangère ! –C'est le javanais, sans doute. Et il les aborda, me laissant dans une singulière perplexité, car il se mit à leur parler dans la même langue. Comment diable l'acteur F... sait-il le javanais ? une langue de l'archipel indien !… –Vous êtes bien préoccupé, mon cher ! me dit M. Duf.. en me frappant sur l'épaule ; à quoi pensez-vous donc ? –À l'acteur F.. qui s'entretient avec ces ces deux dames dans une langue des plus bizarres. –Ah !… c'est probablement le javanais ! Savez-vous le javanais ? –Eh ! non, mauvais plaisant ! –Alors vous êtes un peu arriéré, mon ami : le javanais est cultivé dans la plupart de nos théâtres. Et M. Duf..., qui a des accointances avec les coulisses, et les ceintures dorées, et toute la bohème parisienne, me donna le mot de l'énigme et la clef du javanais. […]n'allez pas croire qu'il faille de grands frais d'imgination pour être initié à cette franc-maçonnerie ; le mystère est des plus transparents : placer la syllave av devant chaque voyelle, voilà tout le mécanisme. Mais l'admirable perfection avec laquelle cet idiome, cet argot est déjà pratiqué, déroute les plus habiles. Ainsi pour dire : « Donnez-nous du vin, » vous vous exprimez tout simplement de la manière suivante : « Davonnavez navous davu vavin. » « Bonjour, mon ami : Bavonjavour, mavon avamavi. » « Comment vous portez-vous ? Cavommavent vavous pavortavez-vavous ? » N'est-ce pas une ravissante langue que le javanais ? Et voilà comme, en ce beau pays de France, on se forme l'esprit et le coeur ! 1855. Un nouvel argot. Le javanais 1930 le véritable javanais n'a cours que dans les bouges de banlieue 1930. Avant-propos, dans L'argot pittoresque 1964 C'est rudement bavon la pavoule, dit Papa Marcel, en veine de javanais. 1964. Les rues de Levallois 1930 Il est resté gavroche malgré l'âge. La joie de la case, c'est de l'entendre se chamailler avec Laplanchette en javanais. Car ils ont tous deux pris part, dans leur enfance, aux guerres entre gosses. 1930. La vie des forçats <4 citation(s)>

II. − Subst. masc. Langage argotique conventionnel proche du largonji, consistant à déformer les mots usuels par insertion des groupes -av- ou -va- dans le corps du mot. V. argot ex. 5 : Toutes ces femmes, par moments, se mettent à parler javanais. Chaque syllabe interlignée par un va. Les prisons ont l'argot, les bordels ont le javanais. Elles parlent ça très vite et c'est inintelligible pour les hommes. Goncourt, Journal, 1857, p. 367. − P. anal. Langage conventionnel, d'un type analogue, consistant à ajouter des syllabes données. Les voleurs ont aussi leur javanais, qui consiste à donner des terminaisons en ar et en or, en al ou en em (Delvau1866, p. 211). Emploi adj. Une syllabe javanaise quelconque. [Papier devient lapiépem ou lapiépoc...] (Delvau1866, p. 211). II. 1857 pop. « langage conventionnel, qui consiste à intercaler dans les mots les syllabes va ou av » (Goncourt, loc. cit.). I du nom de l'île de Java; suff. -ais*. II peut être d'apr. les alternances j'ai/j'avais, ils ont/nous avons, avec infl. de javanais (Esn.). (TLFi) /

  • javanais n.m. EXPRESS. "langage crypté" - E, GLLF, TLF, DFNC, GR[85], 1857, Goncourt ; FEW (20, 97a), 1873, Lar. ; Ls, ø d. "Par allusion :"
    • 1855 - «LEDUC, à Mme Saint-Bernard. Permettez-moi, chère dame, de vous présenter deux nouveaux convives... (Désignant un individu.) Ce noble Javanais, d'abord, le seigneur Favernavand Cavortavès ; en français, Fernand Cortès. Mme SAINT-BERNARD, le saluant. Enchantée, monsieur, d'avoir l'honneur...» Cogniard frères et Bourdois, Le Monde-camelotte, 14c (Magasin théâtral) - P.E. (BHVF) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 747