à tire-larigot

registre ancien : 4 registre moderne : 4 fréquence : 20

à tire-larigot

& à tirelarigo ; boire à tire-larigot ; (à tire la rigole)

En abondance, beaucoup, à bouche que veux-tu ; boire abondamment

Synonyme : beaucoup, en quantité

1840 La noblesse d'ancienne ou fraîche date, fout, baise, branle, encule, gamahuche à tirelarigo, et le peuple ne peut plus s'amuser que par ordre. 1835-1840. Les dames de maison et les filles d'amour
1879 elles protestent à tire la rigôle contre vot sâprée loi de l'enfer. 1879. La lanterne de Boquillon
1879 L'argent ca va s'engouler a tire la rigôle dedans les coffr sans fond de l'Église 1879. La lanterne de Boquillon
1757 Enfin, l'accord fut fait à cette condition. Ils burent à tire-larigot, en chantant et se divertissant tant que l'argent de la laine dura 1757. Mémoires d'un galérien du Roi-Soleil
2001 Mon attitude peu romantique ne m'empêchait pas de distribuer à tire-larigot des « je t'aime » 2001. La vie sexuelle de Catherine M.

<5 citation(s)>

La langue populaire a interprété 'tire-larigot' comme s'il fallait y reconnaître le suffixe argotique -go ; mais diverses considérations amènent à penser que go est la partie essentielle du mot. Le mot existe au XVI (Rabelais). Mais dans la Response et complaincte.. sur le Jargon (1630) on trouve une expression à comparer : 'chanter lerigo'. Le mot rigo existait donc séparément : on peut donc écrire : tire-la-rigo. Le mot rigo (rego*) contient le re- comme prothèse. Rego signifiait gueule, gosier. Cf. Madame Engueule, accords poissards le nom de Madame Angot (=forte en gueule). Sens de go*, rego*, rigo* bien établi : expr. boire, chanter à tire-le-rigo = à gorge déployée. Et ces mots go*, gou*, rigo* ont donné naissance à un grand nombre d'expressions (gogo : écoute la bouche bée les boniments) (SCHW1889Tirelarigot) / Locution expliquée de plusieurs façons : on a prétendu que les Romains fêtèrent leur délivrance en criant 'A toi, Alaric Goth' ; on a aussi dit qu'un archevêque de Rouen, Odon Rigaud, avait donné une cloche lourde à la cathédrale que les sonneurs avaient du mal à mettre en branle, qu'ils buvaient comme des sonneurs comme des sonneurs 'à tire la Rigaud' ; ce qui est plus probable c'est qu'il faut lire ici le vieux mot fr. larigot (dérivé du grec larynx, larygos) = flûte, gosier, robinet qu'on applique à la tonne : boire à tire-larigot signifierait boire comme un joueur de flûte, boire à tire-gosier, boire à la chantepleure du tonneau (La Mosaique, 1877, cité par GIR-BIS) / métaphore musicale comme flûter, et siffler ou fifrer ; XVIe : le larigot est une flûte et le buveur fait le même geste qu'un musicien (MCC) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).