tabasser

date : 1918 registre ancien : 7 registre moderne : 7 fréquence : 50

tabasser

& □ se tabasser ; □ se faire tabasser

v.tr.

Frapper, battre, donner des coups, passer à tabac ; frapper méthodiquement (à titre de sanction par exemple) ; □ se battre, se bagarrer ; combattre (guerre) ; □ se faire frapper

Synonyme : frapper, cogner, battre, se battre, gifler, battre, se battre, combattre, lutter

Famille : tabac (coups)

1976 Il y a deux sortes de travestis : il y a ceux qui – comme moi – obéissent à leur nature et, les autres… généralement des petits pédés qui sont maqués par un type qui les tabasse et les force à s'habiller en gonzesses pour aller faire la retape ! Vous voyez que je sais aussi parler le diagonal ! 1976. Le nouveau visage de la prostitution 1965 Faut pas perdre de vue non plus qu'Hitler ou pas Hitler, cette guerre-ci finira par la victoire du prolétariat, et qu'alors les flics tabasseront les capitalistes comme avant ils tabassaient les voyous en casquette. 1965. La débâcle 1935 je ne m'intéresse plus aux communistes que pour les tabasser. C'est la vie. 1935. Viande à brûler 1972 Chef, je vais être libérable dans soixante jours. Je ne pense pas qu'il serait indiqué de me faire tabasser par vos gardiens. J'ai un épiderme et un amour-propre des plus sensibles 1972. Cambrioles - Les bouleversants mémoires de l'Arsène Lupin de l'après-guerre 1998 « Ils m'ont tabassé », expliquera-t-il plus tard. « À chaque mauvaise réponse, je prenais un coup de poing. À chaque bonne, ils enchaînaient sur une nouvelle question » 1998. Les combines des voleurs et comment s'en défendre 1935 J'veux pas dire du mal des agents… surtout ici !… J'reconnais même que, des fois, y sont utiles. […] Mais… entre nous… là… tout à fait entre nous… y m'ont un peu tabassé. 1935. Fausse monnaie - Comédie en un acte 1971 Beaucoup ont été vus par des témoins à leur fenêtre, pendant que les policiers tabassaient, dans la rue, Alain Jaubert qui venait d'être éjecté du premier car. 1971. Les polices de la Nouvelle Société 2006 Dans la nuit du 5 au 6 décembre, les voltigeurs motocyclistes tabassent à mort le jeune Malik Oussekine. 2006. Place Beauvau - La face cachée de la police 1984 un homme qui ne sait pas ne peut pas parler, même si on le tabasse à mort. 1984. Boulevard des allongés 1977 Un Noir avait été arrêté, qu'est-ce qu'il a reçu… parce qu'il était noir. Les flics ils s'apprennent à être racistes entre eux. Mon beau-frère est flic à B. qu'est-ce qu'ils tabassent ! 1977. Les jeunes en prison. On nous enfonce <10 citation(s)>

TABASSER, verbe trans. Pop., fam. Tabasser qqn. Battre, rouer de coups. Synon. passer à tabac (v. tabac2). Un jour, ils se sont fait poisser... On l'a pas revu pendant deux mois... Il était tout méconnaissable quand il est revenu... Les bourres l'avaient si bien tabassé, qu'il sortait juste de l'hôpital (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 359). Il y a du grabuge (...) Ce sont des types qui se battent ou, plutôt, qui sont en train d'en tabasser un (Giono, Gds chemins, 1951, p. 67). − Empl. pronom. réciproque Se tabasser (avec qqn). Moi, mon vieux, si je te disais que j'en ai le cafard, parfois, de ne plus pouvoir me tabasser! Y a pas, un coup de main bien monté, ça valait! (Vercel, Cap. Conan, 1934, p. 70). Tu ne vas tout de même pas me faire la tête parce que je t'ai empêché de te tabasser avec Vincent? dit Henri gentiment (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 271). [Avec suj. plur.] Se tabasser. Gonzalès et Merlinet. Ils ne peuvent pas se voir (H. Bazin, Tête contre murs, 1949, p. 320).Les enfants sont plus voisins des assassins quand ils se tabassent, que les adultes (Aragon,Beaux quart.,1936,p. 474). Prononc.: [tabase], (il) tabasse [-bas]. Étymol. et Hist. 1918 se tabasser « se battre, se passer à tabac » (d'apr. Esn. Poilu, p. 178). Mot d'arg. originaire des parlers du Sud de la Loire, dér., à l'aide du suff. -asser*, du rad. onomat. tabb-, var. de tapp- (taper*). Voir FEW t. 13, 1, pp. 7b-8a et 9a. (tlfi:tabasser) /

D'un rad. tabb-, idée de « frapper », dont les dérivés sont attestés en moyen français (tabut « bruit, tumulte », v. 1400) et depuis le XIIIe, dans de nombreux dialectes surtout franco-provençaux et occitans. Cf. notamment tabuster « battre, frapper », 1410 ; tabastar (Limousin) «taper, secouer» (d'où tabastel «crécelle», 1355) ; cette série s'est probablt croisée avec tabac (sémantisme du «coup sur le nez», pour la prise) pour donner tabac (=bataille) (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 343