cuiter

date : 1869 registre moderne : 7 fréquence : 19

cuiter

& se cuiter ; se cuitter

Enivrer, rendre ivre ; se souler, s'enivrer

Synonyme : souler (se), s'enivrer, boire de l'alcool

Usage : alcool, ivrognerie, boire

1925 J'oubliais de te dire que dès le premier soir, après les avoir cuitées un peu au champagne, je me les suis envoyées toutes les deux 1925. La bonne vie
1950 il buvait pas tellement et ensuite, s'il se cuitait à mort, c'est précisément qu'il n'y avait pas de justice 1950. Ainsi soit-il
1950 Son haleine c'était une profession de foi, ça vous cuitait à distance, par contagion, rien que l'odeur 1950. Ainsi soit-il
1904 On va le cuiter à fond, et pendant qu'il cuvera son absinthe… 1904. Pepete le bien-aimé
1954 Il avait l'ivresse tapageuse, et quand il s'était cuité à mort, il allait provoquer les gendarmes à domicile. 1954. Les portes de l'aventure
1910 faudrait tâcher moyen d'activer le mariage de c'crétin d'Biscuitt de façon à pouvoir se cuiter ensuite 1910. À la conquête du Pôle Nord, dans La bande des Pieds Nickelés (1908-1912)

<6 citation(s)>

Objets de la recherche : Paragraphe CUITE, subst. fém.


Rem. On rencontre ds la docum. le verbe pronom., fam. se cuiter. S'enivrer. Rien à dire de l'évêque (...) il est bon travailleur et il ne se cuite pas (BRUANT 1901, p. 196). Mme Gramigris chercha une consolation dans le vin rouge : elle se cuita jusqu'à l'écroulement (QUENEAU, Enf. du limon, 1938, p. 93).

De cuite (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).