lope

date : 1889 registre ancien : 7 registre moderne : 7 fréquence : 37

lope & lob ; loppe ; lop n.f.

■ Homosexuel, homosexuel passif, efféminé ; personne efféminée, équivoque ; maquereau de moeurs équivoques ; ■ personne peu courageuse, peu virile, sans énergie, sans courage ; insulte et terme de fort mépris, minable

Synonyme : homosexuel, sodomite, pédéraste, peureux, effrayé, peu viril, personne molle et sans caractère, faible, être faible Morphologie : apocope Usage : homosexualité

1955 Plus j'y pensais, plus je trouvais invraisemblable qu'un petit mec comme Ludo qui, malgré sa gueule d'anchois, n'avait pas l'air d'une lope, ait tout à trac eu les jetons au point de se faire la paire sans nous attendre. 1955. Mollo sur la joncaille 1968 « mais c'mec-là, c'est même pas un barbeau, c'est une petite lope de basse envergure » 1968. Les barjots 1960 C'est le truc de cette vieille lope pour acculer les gonzes qu'il blaire mal à la bafouille de démission, sans un flèche d'indemnité, nature, et sans qu'il soit même possible de lui péter la gueule au fumier ! 1960. Du mouron pour les petits oiseaux 1950 Pauvre lope ! elle m'a jeté dans un cri rageur en refermant la porte sur elle 1950. Ainsi soit-il 1954 Je ne parle pas de la Bastille, c'est du tout venant, de petites lopes sans importance, qui attendent que leur femme ait fait une passe à cinq cent balles pour aller croûter 1954. L'Aristo chez les tricheurs 1921 J'suis p't-être une gourde, dit-il ; mais j'suis pas une lope. 1921. La boue 1905 D'abord, moi, je méprise personne… que les riches, parce que ceux-là !… les lopes y font pas de tort au monde, en tout cas 1905. Le Tigre & Coqueliquot 1956 Je regarde la blessure qu'il porte au crâne… […] Une sale lope lui a filé un coup de tisonnier ou assimilé sur la coiffe et ça lui a ouvert le cuir sur cinq bons centimètres… 1956. Fais gaffe à tes os 1976 –La gamelle j'ai dit ! –Va te faire foutre, espèce de lope [non homo]. 1976. Histoire criminelle de Rafaël Mendoza 1976 ce gros corrompu de G..., qui pour 5000 NF t'arrangeait quelques cas…, cette grosse lope 1976. Histoire criminelle de Rafaël Mendoza 1903 À bas les « bourriques », c'est tous les « loppes ». Ils veulent me f... ma carte, mais je la déchire devant leurs sales nez. 1903. Les enracinées <11 citation(s)>

LOPE, subst. fém. Argot A. − Pédéraste. La plus belle lope ne peut donner que ce qu'elle a : son couvert trois pièces d'un côté, ses miches poilues de l'autre (Le BretonArgot1975). B. − P. ext. [Terme de mépris] Homme sans courage, sans caractère. Ceux de Barbès considéraient Justin comme une lope depuis qu'il s'était affalé aux poulets (Le Breton1960). Prononc. : [lɔp]. Étymol. et Hist. 1889 « homosexuel » (Esn.); 2. 1899 « homme sans courage » (ibid.). Abrév. de lopaillekem, lopaille au sens 1 (1887 d'apr. Esn.), forme de largonji de copaille « id. » (1883, ibid.), dér. de copain*, avec substitution du suff. -aille* à la finale du mot. (tlfi:lope) /

De lopaille (GR) / De copaille>lopaillekem>lopaille (George, FM48) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 663