cabotin

date : 1807 registre ancien : 5 registre moderne : 4 fréquence : 53

cabotin & cabotine (fém.) ; faire le cabotin ; jouer les cabotins n., adj.

Comédien nomade < ; comédien, acteur, artiste lyrique/dramatique et spécialement celui qui est peu naturel, qui fait des manières ; personne qui fait l'intéressant, fanfaron, qui ménage ses effets, qui se fait remarquer ; faire le comique, jouer la comédie, exagérer, de façon affectée (souvent en mauvaise part) ANG : a poor comedian

Synonyme : comédien, acteur, fanfaron Usage : théâtre, comédie, chant, spectacle

1927 nous vous serions très obligés de bien vouloir fermer votre bouche, vu qu'on ne pige que couic à ce que dégoisent les cabotins 1927. Les Pieds-Nickelés en Amérique, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927) 1955 Il marqua un temps, cabotin comme tout le cours d'Art dramatique réuni 1955. Fièvre au Marais 1917 Quant aux gros canons, puisqu'ils nous gênent, on ira les prendre ! Morel haussa les épaules et murmura : –Cabotin ! 1917. Les vitriers à Bezonvaux 1899 Ainsi, ce cabotin merveilleux savait augmenter par des oppositions l'intensité de ses effets 1899. Les Mémoires de M. Goron – À travers le crime 1880 le mail ombragé de platanes où la musique militaire jouait les dimanches et le théâtricule où piaillaient l'hiver des cabotines faméliques. 1880. Souvenirs d'un saint-cyrien 1908 mais ce n'est après tout qu'un cabotin. –Un cabotin ! Vous vous trompez Madame Potinard, Jacques est élève au Conservatoire, il a obtenu l'année dernière un premier accessit de comédie 1908. Un malade par procuration (Comédie gaie en un acte) 1947 Gabin nous révèle que par émulation et bluff, tous les cabotins américains dépensent intégralement, au jour le jour, leurs fabuleux cachets 1947. Mon journal dans la drôle de paix 1916 la voix nasillarde d'un soldat cabotin laissait arriver jusqu'à nous des refrains ineptes. 1916. Méditations dans la tranchée 1839 Les comédiens nomades sont connus depuis un temps immémorial sous le nom de cabotins. […] Le cabotin est à l'artiste véritable ce que le rapin est au peintre célèbre. 1839. Argot dramatique (2 articles), dans Le Monde dramatique 1839 Dans ses courses départementales la troupe dramatique a presque toujours un cabotin qui s'intitule modestement élève de Talma. 1839. Argot dramatique (2 articles), dans Le Monde dramatique 1882 il trouvait de jeunes hommes précoces, […] au courant de tout, lisant les journaux, rêvant des charmes de la cabotine en vogue. 1882. Zola. Notes d'un ami 1882 Il n'est pas du tout cabotin, pas seulement assez pour devenir jamais un homme politique. 1882. Zola. Notes d'un ami <12 citation(s)>

De cabaust = auberge (les comédiens parisiens méprisent leurs confrères ambulants obligés réduits à jouer dans les cabots en province) (Ducange cité par DEL) / Les cabotins, qui allaient autrefois de bourg en bourg s'installer sur des tréteaux pour amuser les gens par des pitreries grossières (GEN) / Orig. incert., soit nom d'un comédien ambulant sous Louis XIII, soit mot picard, « homme très petit » (fin XVIIIe), du lat. caput « tête » ; soit, d'après Guiraud, à rapprocher du provençal far cabot « saluer », doublet de capoter « faire signe avec la tête » (GR) / Aurait été le patronyme d'un comédien ambulant de l'époque de Louis XIII (Montvalon) / Peut-être de cabotage, d'après le mot qui désigne les petits voyages que font les navires marchands en allant commercer de port en port (Huart1839) / 1807 : comédien ambulant ; 1834 : péj (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 478