tuile

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1784 registre ancien : 6 registre moderne : 5 fréquence : 53

tuile & la tuile ; quelle tuile ! ; une tuile me tombe dessus ; une tuile m'est tombée dessus ; arriver une tuile n.f.

Problème inopiné, accident, obstacle, contrariété, empêchement, événement désagréable et souvent inattendu ALL : Unglücksfall, unvorhergesehenes Ereignis / ANG : (tile) a disagreeable occurrence

Synonyme : problème, difficulté, ennui, embarras, accident, avoir un accident

1927 j'ai remarqué que ça fichait la cerise et qu'il tombait une tuile sur la tête du monsieur qui vient de se déclarer à l'abri 1927. Les Pieds-Nickelés au Mexique, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927) 1954 Elle se demandait à quoi rimait cet interrogatoire et si, en fin de compte, il n'allait pas lui dégringoler une tuile sur le coin du maquillage 1954. Le soleil naît derrière le Louvre 1956 Un de ces quatre, il va lui tomber une tuile mastarde sur les esgourdes 1956. M'as-tu vu en cadavre ? 1956 Et vous me dites qu'elle s'apprête à lui faire descendre une tuile sur le dos ? 1956. M'as-tu vu en cadavre ? 1969 ces putes de bijouteries qui m'attirent tant de tuiles depuis ma neuvième année 1969. Au décarpillage 1948 Très vite on a fait cent mille francs et voilà qu'une tuile me tombe sur la tête. 1948. Vie d'une prostituée 1916 Bon ! Une tuile ! Les gargousses sont à simple charge et je dois tirer à charge forte. 1916. Crapouillots - Feuillets d'un carnet de guerre 1931 Vous vous rendez compte de la tuile qui m'est tombée là. 1931. Mal loti 1958 Ce n'était que ça… Legorn fut soulagé ; il avait craint quelque chose de plus grave, une de ces tuiles qui vous arrivent parfois à la dernière minute. 1958. Rage blanche 1974 qui ne quittait jamais son bureau. Il n'allait jamais dans les divisions et n'avait guère de contact avec les détenus. Il craignait avant tout les « tuiles » et les « pépins » imprévisibles pouvant survenir à Fresnes. Ces pépins n'étaient pas rares. 1974. J'ai été 16 ans médecin à Fresnes <10 citation(s)>

TUILE, SUBST. FÉM. B. Au fig., fam. 1. Événement fâcheux et imprévu. Craindre, flairer, pressentir une tuile; quelle tuile! J'ai reçu depuis mon retour dans mes lares de jolies tuiles sur la tête: 1 la mort déplorable et inattendue de mon neveu (...); 2 la maladie de ma mère (FLAUB., Corresp., 1865, p. 176). Elle se tenait plus d'inquiétude. « Vois-tu Auguste, qu'il aille nous faire une méningite? Ce serait bien encore notre veine!... Il nous manquait plus que ça comme tuile!... Alors vraiment ça serait le bouquet! (...) » (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 103). Arg. des vendeurs, vx. Mauvaise cliente qui dérange le vendeur sans se résoudre à acheter. Je n'ai pas de chance, il y a des jours de guignon, ma parole!... Je viens encore de faire un Rouen, cette tuile ne m'a rien acheté. Et il désignait du menton une dame qui s'en allait, en jetant des regards dégoûtés sur toutes les étoffes (ZOLA, Bonh. dames, 1883, p. 483). 2. Vx. Événement surprenant, heureux. Synon. aubaine. Hein! Voilà une jolie tuile, cinq cent mille francs! (...) L'héritage est à vous (ZOLA, E. Rougon, 1876, p. 226). On nomme tuile, par exemple, un gros lot qui tombe du ciel ou un oncle d'Amérique qui arrive au moment où l'on y pense le moins (FRANCE 1907). (tlfi:tuile) /

As a tile falling from a roof (MAR) / Comparé à une tuile qui tombe sur la tête de qqn (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 468