traînée

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1488 registre ancien : 6 registre moderne : 6 fréquence : 25

traînée & trainée n.f.

Femme de mauvaise vie, prostituée (souvent de bas étage) ; insulte c/ femme (avec souvent allusion sexuelle), terme injurieux et méprisant (c/ femme)

Synonyme : prostituée, prostitué, insulte Usage : prostitution

1912 La traînée des fortifs, la rôdeuse de terrains vagues se contentent de « faire le barbot » dans les poches de l'ivrogne ou du paysan lascifs, qu'elles ont fait tomber dans leurs filets. 1912. Les plaies sociales. La Pègre 1935 ce serait de la vraie amour, et tu ne vas pas prétendre que Cosquer a de la vraie amour pour une traînée qu'il vient de ramasser le long d'un dock ? 1935. Mer Noire 1904 Si tu crois que je ne l'ai pas vu, hier soir, avec la Sicilienne ?… la femme à Ramès, le caviste !… une traînée qui couche pour de l'argent avec des messieurs 1904. Pepete le bien-aimé 1888 Car j'ai fait prendre des renseignements. Une traînée, cette patronne de cabinet de lecture ! Tout le monde y avait passé, jusqu'à ce vieux pion d'infirmerie 1888. Césarine 1953 en rentrant au bercail, la baronne dit à son vieux : « T'as vu l'autre grande traînée ? Son collier, du toc !… » 1953. Alors, pommadé, tu jactes ? 1903 je m'en fiche encore. On peut dire de moi ce qu'on voudra, me traiter de gadoue, de traînée, de tout ce qu'on voudra, ça ne me fait pas plus d'effet que sur mes croquenots. 1903. Les enracinées <6 citation(s)>

Probablt, de traîner (aller sans but, errer) (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 878