terreur

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

registre moderne : 3 fréquence : 36

terreur & Terreur ; terreur de quartier ; la terreur de ; jouer les terreurs ; terreur de comptoir

Qui se fait respecter par la peur et la violence : voyou archétypal de quartier, chef de bande, délinquant (limité dans ses actions à un petit périmètre) ; surnom fréquent chez les apaches ; dur, rebelle, caïd, forte tête ; faux dur, qui fanfaronne devant les comptoirs

Synonyme : voyou, vaurien, truand, criminel, maquereau, proxénète, souteneur Usage : typo délinquant

1900 une terreur du Trône, grand gaillard aux cheveux ramenés en avant, vêtu d'une veste courte et d'un pantalon à pieds d'éléphant, cravaté de rouge et que l'on surnommait Toto 1900. Mémoires de Rossignol 1955 une photo de Janot. Belle petite gueule de barbiquet. Rien qu'à le voir comme ça, on devinait tout de suite, le rouleur de mécaniques maison, le mecton voulant jouer les gros bras, les terreurs de quartier et, en fin de compte, bon à nib, qu'à se foutre dans des salades impossibles. 1955. Mollo sur la joncaille 2013 vient avec leur contremaître qui sort tout juste de prison. Un kéké de ducasse (c'est ainsi que l'on appelle les faux durs chez nous) qui se comporte comme une terreur de comptoir ; j'ajuste bien mon coup de boule, il tombe comme une chiffe molle. 2013. Moi Dodo la Saumure 1882 Tous voulant voir qui aurait le dessus, qui mériterait le nom, le titre de Terreur du quartier 1882. Paris horrible & Paris original 1882 Les souteneurs, les rôdeurs et leur bande ont des chefs comme les autres. Ce sont les Terreurs. Il y en a dans chaque quartier, ce sont les plus forts, les plus hardis, ceux qui s'imposent par le biceps 1882. Paris horrible & Paris original 1886 Chaque barrière avait sa terreur, recherchée des filles et redoutée des hommes ; c'était ordinairement un garçon boucher ou un maquereau de profession […], renommé pour sa force, sa férocité et son adresse 1886. Paris oublié 1952 Il me faisait mal ce mec, avec ses airs de terreur 1952. Rencontre dans la nuit 1905 Topot Gustave-Antoine-Isidore, dit « la Terreur des Épinettes », soldat de deuxième classe au 4e batt'd'Aff 1905. Les audiences joyeuses 1947 Trignol égrène des histoires de terreurs, de demi-sels, de patrons de claque, de filles d'amour : les vrais de vrais, chers à Carco, défilent 1947. Mon journal dans la drôle de paix 1949 C'était la plaie du Quartier, la terreur de la caserne 1949. Un drôle de mec - Roman traduit de l'argot américain 1922 Il imaginait ce Frédo – il n'aurait su dire pourquoi – grand, fort, une vraie terreur. 1922. Au Lion Tranquille 1979 Et les gros durs, volontaires en tout genre ? Ces types-là, je suis sûr qu'ils sont contents d'eux : c'est la seule fois de leur vie où ils ont été des casseurs, ces mecs, des terreurs ! Après, terminé : ils sont redevenus des modestes 1979. Chouf ! Ils ont laissé leurs 20 ans en Algérie. Aujourd'hui ils parlent. 1903 il a déjà refroidi deux « Terreurs ». 1903. Les enracinées 1903 vous vous nommiez tout simplement « La Boulotte » et que vous aviez pour ami un charmant jeune homme du nom de Charlot surnommé la « Terreur des Ternes. » 1903. Les enracinées 1841 Ce pénible changement s'opéra si rapidement, que Polydore lui-même devint bientôt la terreur de la Courtille et l'un des plus grands mangeurs de chair humaine. Enfin la justice mit bon ordre à ses déréglements, et un jugement expulsa pour quelque temps de la capitale, ce dangereux croqueur de nez. 1841. Des dangers de la Prostitution ; par Aimée Lucas <15 citation(s)>

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 293