ripopée

fréquence : 6

ripopée

& ripopé

n.f.

■ Qqchose qui ne vaut rien, chose (mauvaise) ; ensemble mélangé de mauvaise qualité ; falsification ; ■ mauvais vin

Synonyme : vin, mauvais, mélange

1792 & pis c'choeur encor qu'est rempli d'une crapulitée qu'on s'croit dans l'église d'Bicêtre […] –Vraiment c'est une ripopée d'chiens qui n'ia rien de pareil 1792. La table d'hôte à Provins, ou la croisée des diligences 1792 c'est com' dans la bande d'Cartouche, les honnêtes gens n'sont pas fort honnête : eh pis quoi ! n'est-ce pas s'te ripopée d'chiens qu'ont chassé tous ces nobles, tous ces braves gens qui faisiont tant de charités, qui occupiont les ouvriers 1792. La table d'hôte à Provins, ou la croisée des diligences 1792 s'y ne sont [les nobles] pu qu'des grigoux com s'te ripopée d'patriotes, y cacheront leux argent 1792. La table d'hôte à Provins, ou la croisée des diligences 1791 et pis quoi qu'on dit encore ? D's'huguenots, des juifs ! v'là une belle foutue ripopée d'chien pour faire un évêque, un curé ! 1791. De par la mère Duchesne. Anathèmes très-énergiques contre les jureurs 1648 Je ne boy presque plus que vinaigre et qu'absinthe ; / De simple ripopé vaut cinq et six sous la pinte 1648. L'intrigue des filous <5 citation(s)>

Mot pop. de formation obscure ; selon Wartburg, dér. d'un rad. pop- (cf. moy. franç. pouper «têter, sucer» ; → Poupon) ; le mot correspond à resucée (Guiraud) (GR) / Comp. de ri-, élém. de ripaille, et de pop-, var. du rad. expressif pap-, évoquant le bruit des lèvres de celui qui sirote un liquide, de la famille du lat. papare (v. papoter) (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 831