folichonnerie

date : 1851 registre ancien : 5 fréquence : 1

folichonnerie

n.f.

Toupet, folie (?)

Synonyme : folie

1851 Au voleur ! au voleur ! –Au voleur ?… Ah ! je la trouve réjouissante, par exemple ! Vous avez la folichonnerie de mettre mon habit au mont-de-piété et vous criez… au voleur ! –Comment, monsieur ! cet habit ?… c'était le vôtre… 1851. En manches de chemise

<1 citation(s)>

FOLICHONNERIE, subst. fém. Fam. Gaieté un peu folle. Je vis seul avec ma mère qui devient de plus en plus sourde, de sorte que mon existence manque de folichonnerie absolument (Flaub., Corresp., 1870, p. 122). − Au sing. et/ou plur. Action, parole folichonne. Quand un chien revoit son maître ou obtient un plaisir quelconque, il se livre à un tas de folichonneries (Balzac, Lettres Étr., t. 2, 1850, p. 415). Entraînée par la lecture du « Carnet de Lyonnette » et des folichonneries d'Armand Sylvestre, elle me dit avec des yeux troublés : « J'ai un cousin qui ressemble à ça [un dessin], il s'appelle Raoul, il est au collège et je vais le voir aux vacances tous les étés » (Colette, Cl. école,1900, p. 88). Prononc. : [fɔliʃ ɔnʀi]. Étymol. et Hist. 1858 (Baudelaire, Corresp. gén., II, 132 ds Quem. DDL t. 2). Dér. de folichon*; suff. -erie*. Fréq. abs. littér. : 7. (tlfi:folichonnerie)

  • folichonnerie n.f. CARACT. - ND2, 1867, Delv. ; FEW, 1872, Lar. ; Ds, 19e, Flaubert. Compl.TLF (mêmes réf., ø texte)
    • 1858 - «La folichonnerie de ce magistrat de Brosses me déplaît souverainement.» Baudelaire, Corresp. gén., II, 132 - P.W. (bhvf:folichonnerie) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).