n'en jetez plus

registre ancien : 5 registre moderne : 5 fréquence : 20

n'en jetez plus

& n'en jette plus ; n'en jetez plus, la coupe est pleine ; n'en jetez plus la cour est pleine ; n'en jette plus, la cour est pleine ; n'en jette plus : la cour est pleine

locution

Pour dire de cesser une énumération, une accumulation (de compliments, d'accusations par ex.), une argumentation, de cesser d'intervenir et d'interrompre : assez, stop, c'est bon, c'est suffisant, ça suffit, inutile de rien ajouter, ne rajoutez rien, arrêtez le ban

Synonyme : assez, en avoir assez, excédé

1914 –Tu vas pourtant pas me reprocher ce que nous te coûtons, la petite et moi ! Je le gagne bien, du reste, à tenir le ménage, à cuisiner, laver, raccommoder. –N'en jette plus !… 1914. La poupée, dans Racaille et parias
1914 Si M. Timothée Cosse s'aventurait à le reprendre, au cours d'une tirade dont il faussait la lettre, il l'humiliait durement : « N'en jette plus, Timo ! » 1914. Le souffleur, dans Racaille et parias
1938 N'en jetez plus, Sandréas, ce n'est pas la peine ! Il faut que je parrrte. Au rrrevoir ! 1938. Moi, un nain
1925 et j'ai déjà entendu parler de vous avec une sympathie, une affection, un amour, un… –N'en jetez plus ! 1925. Mon curé chez les pauvres
1905 Il a assez d'autres défauts : ivrogne, feignant, braillard, porté sur la nourriture […]. –Dis donc, la mère, n'en jette plus, la cour est pleine ! 1905. Les audiences joyeuses
1990 Pitié, je craque, n'en jetez plus ! 1990. Maîtresse détresse
1947 Toujours tes boniments ! Ah ! ça va ! N'en jette plus, mon gros ! T'es pas sincère, car tu exagères trop… 1947. Fleur-de-Poisse
1911 N'en jette plus : la cour est pleine, mon chaton, mon loulou, mon homme ! 1911. Le journal à Nénesse
1910 « N'en j'tez plus ! » envoya Filochard dont ces compliments effarouchaient la modestie 1910. À la conquête du Pôle Nord, dans La bande des Pieds Nickelés (1908-1912)
1976 Louanges, fleurs, n'en jetez plus ! 1976. Histoire criminelle de Rafaël Mendoza

<10 citation(s)>

De 1848 à 1860 il existait un homme mystérieux qui chantait dans les cours, très distingué ; chantait bien donc recevait beaucoup de pièces et disait cette expression (VIR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).