cucuterie

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1920 registre moderne : 5 fréquence : 1

cucuterie n.f.

Niaiserie, ce qui est mièvre, inoffensif

1935 C'est une complainte, plutôt qu'un chant de révolte. Je demanderai à Jérémie de m'en dicter les dix ou quinze couplets. Et certaines gens se figurent que les matelots fredonnent la Madelon et autres cucuteries ! 1935. Mer Noire <1 citation(s)>

CUCUTERIE, subst. fém. Fam. Niaiserie ridicule; caractère cucul*. Moi, aller voir des femmes ? Ah ! je m'en voudrais ! La cucuterie ! Mlle Prost a couru le 60 mètres en 7 secondes (Montherl., Olymp.,1924, p. 241). − P. méton. Chose ridicule. Pas de villas croquignolettes (...), pas de cucuteries à pergola choisies sur catalogue ni de chalet normand pour retraités coquets (Perret, Bâtons de roues ds Rob. Suppl. 1970). En partic. Parole, action niaise, ridicule. On a dans les oreilles les cucuteries que se chuchotent les amants (Dutourd, Horr. am., ds Rob. Suppl.1970). Prononc. : [kykytʀi]. Étymol. et Hist. Ca 1920 (Carabelli, [Lang. fam.]). Dér. de cucul*; suff. -erie*. Fréq. abs. littér. : 1. (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 467