étouffer un pari

registre ancien : 6 fréquence : 1

étouffer un pari

& en étouffer un

Prendre le pari de qqun, et conserver la mise sans l'engager d'après ses faibles chances de gagner

Usage : pmu, courses, hippisme, équitation, jeu, triche

1906 –Il ponte ferme, M. Pessaire ? –Des fois. Ainsi, aujourd'hui, il a mis cinq louis sur un cheval qui partira à la cote de trente contre un. –Il a une chance ? –La même que vous. –Alors ? –Aussi j'ai étouffé le pari. –Étouffé ? –Au lieu de le donner à l'agence, je l'ai gardé pour moi… C'est tout profit. –Mais si le cheval gagnait, tout de même ? –Ne me parlez pas de ça ! si ça arrivait je serais nettoyée. 1906. Dans un fauteuil
1906 Va, mon garçon ; aussitôt que tu auras le résultat de la première, grouille-toi. J'ai hâte de savoir. –Vous en avez étouffé un, Mame Goyaud ? –Veux-tu te sauver, polisson. 1906. Dans un fauteuil
1906 Pardonnez-moi, M. le commissaire, j'ai étouffé votre pari !… –Étouffé ? –Au lieu de donner les paris à l'agence, je les ai gardés. 1906. Dans un fauteuil
1906 C'est une maison sérieuse, on n'étouffe pas les paris… 1906. Dans un fauteuil

<4 citation(s)>

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).