potiche

date : 1891 registre moderne : 4 fréquence : 1

potiche n.f.

Personne réduite à rôle décoratif, passif (dans relation amoureuse notamment)

1976 Dans mes rapports avec les garçons, je me suis toujours senti, pas la potiche, mais la gravure de mode. Tu es là pour aguicher, mais tu ne veux rien faire. 1976. Dire nos sexualités <1 citation(s)>

B. − P. anal., fam. Personne considérée comme n'ayant qu'une fonction honorifique ou décorative, sans efficacité ni pouvoir réel. Jouer les potiches. J'ai passé en trois fois deux mois à Florence, moi, la grosse potiche, dans une griserie presque incessante (La Varende, Amour sacré, 1959, p.162). C'est à son emploi qu'il [Vercors] renonce, à son emploi de « potiche », comme il dit et comme il a tort de dire, car c'est donner trop de joie à ses adversaires. Non, il n'a pas été une potiche, mais une conscience. Il est resté humain... (Mauriac,Nouv. Bloc-Notes, 1961, p.10). − En appos., empl. adj. Les jeunes Japonaises, les mousmés ne l'ont point consolé (...) les amours d'un blanc avec ces petites bêtes jaunes, un peu femmes et un peu potiches (A. France,Vie littér., 1891, p.2). 2. fig. a) 1891 adj. (France, loc. cit.); b) 1959 (La Varende, loc. cit.). (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 633