acrès !

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1836 registre ancien : 9 fréquence : 40

acrès ! & acré ; acrie ; acrée ; acrier ; acré ; acrès ; cré ; crès ! ; cres ; acrés ; y a de l'acret ; acrè ; acrait ; accré ! ; accré, la Police ! ; crai ; à crai ; acrais ! ; acréé ! ; aczay ! ; écrée donc ; ah ! cré ! ; a crai !

Cri d'alarme qui indique qu'il faut se méfier, signal de danger ; méfiance ! chut ! gare ! ; attention, silence, prends garde ; vite ALL : schnell

Synonyme : attention, danger : mettre en garde, prévenir d'un danger, taire, se taire, faire taire, méfiant, se méfier

1914 « Acrè, mes agneaux ! » avertit la mère Croûte. […] Acrè ! 1914. La mère Croûte, dans Racaille et parias 1914 Des sifflements lointains trouèrent le silence nocturne. Des appels proches répondirent : « Les flics ! – La rousse ! – Acrè ! » 1914. La mère Croûte, dans Racaille et parias 1925 Acré ! fit tout à coup le capitaine en sursautant. La vioque ! 1925. L'Equipe 1927 Acré ! leur dit-il. Y a du pet. Le Yankee s'amène avec des types de la police. Si l'on reste ici une seconde de plus, on est de la revue 1927. Les Pieds-Nickelés en Amérique, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927) 1899 Cré ! cré ! criait-il ! V'là les flics 1899. Les Mémoires de M. Goron – À travers le crime 1952 On était pas passé le carré de la Mare des Fosses que la petite Ravaude, elle se met à rencontre. «Acré, que je me fais en moi-même, elle quête le nez haut. Ça serait bien une bécasse.» 1952. Émile et son flingue 1952 Il avait pas fini de jacter qu'y change de ton : « Acrès, vous autres. À vous, à vous ! Au renard ! » 1952. Émile et son flingue 1931 Acré ! les v'là ! susurra Paulo le Danseur, qui surveillait la porte d'entrée. 1931. Coeurs féroces... Amours farouches - Roman du milieu (chez les gangster de France) 1918 –I's viennent ? –J' comprends ! I's m' suivaient… Acré ! Les v'là. 1918. Au seuil des guitounes 1872 Ah ! cré le raille ! nibbe et caltons-nous ! 1872. Dictionnaire d'argot ou de jargue (7) 1888 v'là l'moment d'ouvrir l'oeil et le bon, et de faire attention au mouvement : y a de l'acret sûr comme je te le dis si nous ne nous cavalons pas à la minute 1888. Le train de 8 h. 47 1911 la concurrence m'obligeait bien à la laisser agrafer le micheton de l'hazard et, malgré l'acrée, je laissais pisser le mérinos… 1911. Le journal à Nénesse 1911 Il n'y a pas d'acrée dans nos conjungos au chiqué : on a confiance ! 1911. Le journal à Nénesse <13 citation(s)>

ACRÉ1, interj. et subst. masc. Argot 1. Interj. Sert de signal pour avertir d'un danger et inviter à la méfiance. Synon. attention! Rem. Le terme est attesté sous plusieurs autres formes : acrée ou acrie (FRANCE 1907); acrès (L. LARCHEY, Dict. historique d'argot, Nouveau suppl. 1889); accrès (NOUGUIER, Notes manuscrites interfoliées au Dictionnaire de Delesalle, 10.01.1900); acret (ex. 3); acrétot (L. LARCHEY, Dict. historique d'argot, Nouveau suppl. 1889); akrè ou akrèté (A. HUMBERT, Mon bagne, 1880, p. 115) :

1. Acré. Paix! Silence! Exclamation lancée à l'atelier soit pour avertir les camarades de se taire, soit pour annoncer l'entrée du patron. L. RIGAUD, Dict. du jargon parisien, L'Argot ancien et moderne, 1878, p. 5.

2. Subst. dans divers syntagmes : Nifer de l'acré. Faire attention (cf. G. DELESALLE, Dict. argot-français et français-argot 1896). Coup d'acré :

2. Coup d'acré : Extrême-onction (...) Mot à mot : coup du défions-nous (...) Les plus braves n'ont pas leur confiance entière au dernier moment. L. LARCHEY, Dict. historique d'argot, 1er suppl., 1880, p. 37.

Il y a de l'acré. Il y a du danger auquel il faut faire attention :

3. Croquebol, pris d'une inquiétude, déclara : Mon colon, v'là l'moment d'ouvrir l'œil et le bon, et de faire attention au mouvement : y a de l'acret sûr comme je te le dis si nous ne nous cavalons pas à la minute. Tu crois? fit La Guillaumette terrifié. Quien parbleu! ça fait pas un pli; ce client-là nous brûle la gueule comme à des pieds! 'de Dieu! ça s'rait un sale coup! Tu parles! En ce cas-là écoute, je vais te dire une bonne chose : faut nous tirer des galipettes! G. COURTELINE, Le Train de 8 h 47, 1888, pp. 123-124.

Aphérèse de sacré (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 245