téléphoner

date : 1954 fréquence : 1

téléphoner

& téléphoner une droite

Donner un coup, de façon visible et facile à éviter

1977 il esquive du pied et téléphone une droite. Au cinoche, çe ferait rire 1977. Faut pas rire avec les barbares

<1 citation(s)>

b) Au fig., JEUX, SPORTS. Laisser prévoir par une préparation trop évidente ou une exécution trop lente. Téléphoner un coup, une passe. On évitera de téléphoner une prise, c'est-à-dire de la porter lentement et en décomposant, de façon que l'adversaire la prévoie facilement (Comment parlent les sportifsds Vie Lang.1954, p. 376). − Part. passé en empl. adj. Passes courtes et molles, souvent interceptées parce que téléphonées (L'Équipe, 23 juin 1969ds Petiot 1982). P. ext., fam. Qu'on a laissé prévoir trop visiblement, qui ne produit pas l'effet attendu. Manoeuvre électorale téléphonée, calembour téléphoné. (Dict. xxes.). (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).