nippes

date : 1606 registre ancien : 3 registre moderne : 5 fréquence : 57

nippes & nippe (sing.) ; nipes n. f. pl.

Vêtement, vêtement (de luxe ou mauvais vêtement, haillon), vieux vêtement ALL : Kleidung

Synonyme : habit, vêtement Usage : vestimentaire

1624 le valet portant sous le bras certaines nipes inconnües, soit pour une masquarade, ou pour quelque semblable folie 1624. Les ramonneurs 1875 on voit parfois apparaître sur la table de pauvres nippes qui exigeraient un prêt de charité 1875. Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie jusqu'en 1870 1929 Pour faire du charbon, mon vieux, il faut avoir tout essayé. Tu gâches tes nippes et pas un hôtel ne t'accepte 1929. Je suis un geux 1952 L'un était vêtu assez modestement, mais l'autre exhibait des nippes que n'aurait pas désavouées un prince du sang 1952. Rencontre dans la nuit 1953 Désireux de s'esquiver à la moindre occasion, il ne se décidait pas à poser sa valise et ses nippes 1953. Allons z'enfants 1735 outre les sommes qui lui avoient été léguées, elle eût encore des bonnes nippes, qu'à l'aide de son bon ami, elle avoit détournées pendant la maladie du Licencié 1735. Histoire de Gil Blas de Santillane 1882 Même il lui arrivait, ayant fait porter au clou sa dernière nippe, d'être obligé de passer des trois ou quatre jours chez lui, sans pouvoir sortir, enveloppé dans des couvertures de son lit 1882. Zola. Notes d'un ami <7 citation(s)>

NIPPES, subst. fém. plur. A. Vieilli. Objet, linge, bijou servant à la toilette et à la parure. Des paquets, des boîtes, des valises, dont la comédienne fit la revue et qu'elle ouvrit (...). C'étaient de belles nippes, du fin linge, des guipures, des dentelles, des bijoux, des pièces de velours et de satin de la Chine : tout un trousseau aussi galant que riche (GAUTIER, Fracasse, 1863, p. 191). Au fig. et fam. Il en a eu, il en a tiré de bonnes nippes. (Ac. 1835, 1878) ,,Se dit d'un homme qui a tiré beaucoup d'utilité, beaucoup d'avantage de quelque liaison, de quelque commerce, de quelque emploi`` (Ac. 1835, 1878). B. Vêtement pauvre et usagé. Synon. frusques (pop.), guenille, harde. Le long des murs, sur le dossier des meubles, pendaient un châle troué, un pantalon mangé par la boue, les dernières nippes dont les marchands d'habits ne voulaient pas (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 376). C. P. ext., fam. Vêtement. Synon. pop. et fam. fringue. Armand exigea la seconde [chambre]. Justin la réclama aussitôt (...). Brusquement, Justin céda. Mais il commença, sans rien dire, de retirer ses meubles et ses nippes de la chambre qu'il occupait depuis deux jours (DUHAMEL, Désert Bièvres, 1937, p. 94). Rem. Le mot est très rarement employé au sing. : Gervaise pleure comme une enfant, la tête sur la table. Il n'y a plus un sou à la maison, pas une nippe à engager, rien, pas même une croûte de la veille (A. DAUDET, Crit. dram., 1897, p. 108). Prononc. et Orth. : [nip]. Ac. 1694-1878 au sing.; Ac. 1935 au plur. Étymol. et Hist. [1605 sans contexte ds BARBIER Misc. 27, p. 251 (Considérations admirables sur tous les Evangiles des dimanches et fêtes de Caresme, trad. d'un ouvrage esp. de F. de Santiago)] 1. Début du XVIIe s. plur. « ensemble des objets de toilette et de parure » (MALHERBE d'apr. LAFAYE 1861); 1637 (CORNEILLE, La Galerie du palais, III, 5); 2. 1611 « vêtements usagés » (COTGR.). Prob. issu de guenipe* au sens de « guenilles, vieux habits », avec chute du groupe [gn] initial, inhabituel en français. Fréq. abs. littér. : 106. (TLFi) /

Origine germanique (AYN) / Paraît tiré de guenipe, p.-ê. forme dial. de guenille (Dauzat) / Prob. issu de guenipe* au sens de « guenilles, vieux habits », avec chute du groupe [gn] initial, inhabituel en français (TLFi) / 1606 (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 270