grisette

date : 1665 registre ancien : 3 registre moderne : 0 fréquence : 64

grisette & Grisette n.f.

Jeune femme, de condition sociale très modeste (ouvrière, employée, plumassière, fleuriste, modiste, couturière, etc.), parfois légère, ou de petite vertu (souvent aimée des étudiants)

Synonyme : ouvrier

1864 C'était le nom d'un caboulot / Où l'on buvait l'absinthe en pot. / C'est là qu'on rencontrait souvent / La grisette avec l'étudiant. 1864. Almanach des misérables. Parodie en vers 1815 La base [des filles vénales] en s'élargissant, offrirait les grisettes, les marchandes de modes, les petites couturières, les ouvrières en linge, les filles qui ont leur chambre, et qu'une nuance sépare des courtisannes. 1815. Le Palais-Royal ou les Filles en bonne fortune 1867 Et v'là comme la grisette a fait son petit chemin du quartier de la Vilette au vieux faubourg Saint-Germain 1867. Une femme comme il faut 1892 quelques mois auparavant, Frinlair, amoureux d'une grisette, il y avait encore des grisettes au temps de Béranger, et voulant la mettre dans ses meubles, en étudiant grand seigneur qu'il était, était venu trouver le beau Camille 1892. Le chiffonnier de Paris - Grand roman dramatique 1883 tu aurais tort de me considérer comme une simple grisette, et de croire que je me contenterai d'une promenade à pied dans les petites allées du bois et de tasses d'un lait pur à la vacherie du chalet… 1883. Culottes rouges 1834 C'est là que la grisette va lorgner un chapeau reteint, et dit à la marchande en le montrant du doigt : « Dépendez-moi ça ; » 1834. Les deux mansardes parisiennes, dans Paris ou le livre des cent-et-un 1735 Je ne suis point encore fait aux fantaisies des femmes de qualité. Je sçai de quelle manière on en use avec les Grisettes et les Comédiennes 1735. Histoire de Gil Blas de Santillane 1735 Vous sçavez bien qu'un homme de qualité ne s'occupe pas sérieusement d'une grisette, et qu'il croit même lui faire honneur en la déshonorant 1735. Histoire de Gil Blas de Santillane <8 citation(s)>

GRISETTE, subst. fém. P. méton., fam. Jeune fille ou jeune femme de médiocre condition, ouvrière ou employée de maison de couture, de modes, etc... Sous le titre de Grisette, nous nous permettons de comprendre indifféremment couturières, modistes, fleuristes ou lingères, enfin tous ces gentils minois en cheveux, chapeaux, bonnets, tabliers à poches, et situés en magasins (BALZAC, OEuvres div., t. 2, 1831, p. 277). Quand la grisette assise, une aiguille à la main, Soupire, et de côté regardant le chemin, Voudrait aller cueillir des fleurs au lieu de coudre (HUGO, Châtim., 1853, p. 347) : 1. ... quand elle en était encore réduite aux robes d'indienne imprimée, aux petits bonnets à pompons et aux souliers de peau de chèvre, elle portait à ravir ce pauvre et simple uniforme des grisettes. Ces jolies filles moitié abeilles, moitié cigales, qui travaillaient en chantant toute la semaine, ne demandaient à Dieu qu'un peu de soleil le dimanche, faisaient vulgairement l'amour avec le coeur, et se jetaient quelquefois par la fenêtre. MURGER, Scènes vie boh., 1851, p. 234. En partic., péj. Jeune ouvrière coquette et se laissant facilement courtiser. Synon. lorette. Je n'avais pas entendu qu'il lui fallait une grisette. Me prends-tu pour un partisan des amours légères (FLAUB., Corresp., 1853, p. 304). Une petite figure de cocotte et de grisette en liberté de campagne et de dimanche (GONCOURT, Journal, 1868, p. 429). V. aussi guinguette, ex. : 2. Quelques coups de canif dans les mariages, et un assez grand nombre de grisettes; rien d'autre. Encore la grisette doit rester ouvrière; une femme obligée de prouver qu'elle a un métier ou une fortune. Un jeune homme qui veut avoir chez lui sa maîtresse doit l'inscrire comme sa servante. TAINE, Notes Paris, 1867, p. 303. Étymol. et Hist. 1. c) 1664 « jeune fille de condition modeste et de moeurs faciles » (J. DE LA FONTAINE, Contes, I, 1, 326 ds Oeuvres, éd. A. Regnier, t. 4, p. 47) (TLFi) /

Elle date de l'époque de nos pères ; aujourd'hui elle n'est plus qu'une vulgaire cocotte (VIR) / D'abord vêtement de méchante étoffe grise que portaient hommes et femmes du commun ; désigne par métonymie la jeune ouvrière (LEVER) / Par métonymie (« fille vêtue de grisette ») (GR) / 1665, La Fontaine (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 216