roupiller

date : 1597 registre ancien : 8 registre moderne : 7 fréquence : 163

roupiller & roüpiller ; roupillier ; (roapiller) ; reroupiller v. intr.

Dormir ; > coucher, sommeiller ; dormir à nouveau ALL : schlafen / ANG : to snore ; to sleep, to be asleep / IT : dormire

Synonyme : sommeil, sieste, dormir, se coucher Morphologie : -iller, a/u Famille : roupil- (dormir)

1935 Nous tapons des godillots jusqu'à ce que sorte du rouf un type qui devait y roupiller ferme. 1935. Mer Noire 1918 les jeunes, rompus de fatigue, roupillaient consciencieusement 1918. Loin de la rifflette 1832 Napoléon, débarquant à Fréjus, abattit en un clin-d'oeil les cinq incapacités qui roupillaient sous leur quintuple diadème, releva la France de l'ignoble abaissement 1832. Le Directoire, dans La Révolution, ou confessions d'une girouette 1834 quant à moi, je vais tâcher de roupiller encore tranquillement une couple d'heures 1834. Les deux mansardes parisiennes, dans Paris ou le livre des cent-et-un 1916 Laisse-moi roupiller tranquille ! Reprends-la, ta couverture ; roule-toi dedans, vautre-toi, garde-la pour toi tout seul ; mais laisse-moi roupiller tranquille ! 1916. Sous Verdun (août-octobre 1914) 1821 je l'ai gavé, il roupille, c'est le moment de faire l'affaire. 1821. Glossaire argotique des mots employés au bagne de Brest 1821 Il roupille pendant Le reluis, et travaille à la Sorgue. 1821. Glossaire argotique des mots employés au bagne de Brest <7 citation(s)>

ROUPILLER, verbe intrans. Pop., fam. A. Vieilli. Sommeiller à demi. Les vieillards, assis sur les banquettes de frêne fixées dans les encoignures de la vaste cheminée, roupillent doucement (FABRE, Courbezon, 1862, p. 119). B. Dormir. Un type (...) que j'ai rencontré rue Aubry-Le-Boucher. Je lui ai dit que je cherchais un garni. Mais pas dans un hôtel. Parce qu'il m'arrivait souvent de travailler la nuit; et que pour roupiller le jour dans un hôtel, c'était impossible, à cause des allées et venues (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1932, p. 246). Je roupille à la façon des marmottes, à peine le nez sur le traversin (ARNOUX, Rêv. policier amat., 1945, p. 145). Prononc. et Orth.: [], (il) roupille [-pij]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1597 (M. PAPILLON DE LASPHRISE, Les Premières OEuvres poét., Sonnet en authentique lang. soudardant, p. 459: et de noir roupillant, Sur la gourde fretille). Prob. issu d'un rad. onomat. roup- évoquant un ronflement saccadé. Roupiller est également att. dans plusieurs dial. aux sens de « ronfler; grommeler; râler, etc. » (FEW t. 10, pp. 578-579, s.v. rupp-; SAIN. Sources t. 2, pp. 9-10). Fréq. abs. littér.: 45. DÉR. Roupilleur, -euse, subst., pop., fam. Personne qui roupille. Je pensais au niston, ce petit voyou de roupilleur qui dormait sur sa maman la nuit de l'orage (GIONO, Baumugnes, 1929, p. 138). [], fém. [-ø:z]. Att. ds Ac. dep. 1740. 1re attest. 1740 (Ac.); de roupiller, suff. -eur2*. BBG. CHAUTARD Vie étrange Argot 1931, p. 146. DAUZAT Ling. fr. 1946, p. 283. SCHMIDT 1914, § 88, 89.

Allusion à la respiration natale (ruspuri, en lat. : gratter, râper) ; on évoque le mot roupie : celui qui ronfle aspire ce qu'il devrait évacuer (AYN) / Probablt onomat., de formation parallèle à celle de ronfler ; ou p.-ê. de roupille «manteau» (dans lequel les Espagnols s'enroulaient pour dormir) (GR) / Prob. issu d'un rad. onomat. roup- évoquant un ronflement saccadé. Roupiller est également att. dans plusieurs dial. aux sens de «ronfler ; grommeler ; râler, etc.» (FEW t. 10, pp. 578-579, s.v. rupp- ; SAIN. Sources t. 2, pp. 9-10) (TLFi) / D'origine espagnole, signifie primitivement : dormir dans la roupille, le vaste manteau de l'infanterie castillane : une tradition qui n'est pas assurée le fait remonter au siège de Saint-Quentin par les troupes de Philippe II (Dauzat1918) / Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc) / 1597 (GR) / 1597 (Pap de Lasphrise, Les Premières Oeuvres poét., Sonnet en authentique lang. soudardant, p. 459 : et de noir roupillant, Sur la gourde fretille) (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 258