godailler

registre ancien : 3 registre moderne : 4 fréquence : 16

godailler

Faire la fête, courir les cabarets, faire des excès de boisson, se livrer à la boisson ; flâner, traîner ses guêtres, patrouiller, manquer un travail, n'être bien nulle part ANG : to frequent bars

Synonyme : fête, faire la fête, se débaucher, rire, s'amuser

1829 alors, on se reposait de ses lassitudes, ou on allait godailler aux barrières peu fréquentées, et on rendait visite aux marchands de vins en attendant la soirée 1829. Mémoires d'un forban philosophe 1925 il [le peuple] veut travailler de moins en moins et godailler de plus en plus 1925. Mon curé chez les pauvres 1870 Il ne fait pas de compte chez le marchand de vin ; le soir, après la journée, il ne godaille pas avec les sublimes de l'atelier 1870. Le sublime ou le travailleur comme il est en 1870, et ce qu'il peut être 1974 À la gare, j'achète le Sport et au tabac, on se retrouve, quatre ou cinq clampins, chacun le journal hippique en main, en train de godailler. 1974. Le roman d'un turfiste 1911 Tu es dans la nasse, Nénesse, et les copains vont godailler à Saint-Fargeau ! 1911. Le journal à Nénesse <5 citation(s)>

Ce verbe est un souvenir de l'occupation de Paris par les Anglais amateurs de good ale (VIR) / Attesté dès XVIIIe : on suppose que le mot vient de godale (bière, mot du N, de l'anglais good ale) mais il pourrait aussi dériver de godet ; influence de gogaille (XVIe) probable (MCC) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 533