gober

date : 1650 registre ancien : 7 registre moderne : 6 fréquence : 38

gober

& □ faire gober

v.tr.

Croire, particulièrement croire sans discernement, croire naïvement, être attrapé, être crédule ; □ faire accroire, faire croire un mensonge ALL : glauben

Synonyme : croire, être crédule

6791_nous_qui_faisons_gober_les_stupidites.jpg: 417x633, 62k (17 février 2018 à 22h50)

1842 L'Être suprême ! Ah ! je gobe pas ça, je suis trop bien portant. C'est bon pour les malades et les vieilles femmes 1842. Histoire complète de Vidocq et des principaux scélérats qu'il a livrés à la justice d'après les propres documens et mémoires de cet homme extraordinaire
1927 Jamais on ne me fera gober que nous sommes ici chez des voleurs 1927. China-Town, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927)
1904 Ah ! j'ai été stupide !… Je l'ai gobé, le grand air, et je me suis figuré que j'épousais un honnête homme 1904. La jungle de Paris
1875 il gobe toutes les bourdes qu'on lui débite 1875. Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie jusqu'en 1870
1980 Le prof, il en croit pas ses yeux, mais il est tellement con, tu lui ferais gober n'importe quoi… 1980. Je ne veux plus aller à l'école
2003 sans trop en être persuadés, les Bretons essayent de faire gober aux citadins que l'hiver est doux près des côtes 2003. L'industrie du sexe et du poisson pané
1990 malgré son intelligence est un extraordinaire spectateur naïf, à qui l'on peut à peu près faire gober n'importe quoi 1990. À l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie
1976 Les vieux ! Terrain facile ! Avec l'âge et la sénilité de l'esprit ! Tu pouvais leur faire gober que la guerre avec l'Allemagne n'était pas terminée ! 1976. Histoire criminelle de Rafaël Mendoza

<8 citation(s)>

GOBER, verbe trans. C. Au fig., pop. et fam. [Le suj. désigne une pers.] 1. Croire sans discernement tout ce qui se dit. La petite Besse (...) était d'une simplicité incroyable, elle aurait gobé n'importe quoi (GENEVOIX, Mains vides, 1928, p. 136) : Il peut arriver à tout le monde de se tromper, Mademoiselle Claudine! et je fais mes excuses de mon inadvertance à Mlle Sergent. Mais celle-ci, remise de sa secousse, sent bien que nous ne gobons pas l'explication... COLETTE, Cl. école, 1900, p. 139. Étymol. et Hist. 2. av. 1679 « croire sans examen » (Cardinal de RETZ, OEuvres, éd. Feillet, Gourdault, Chantelauze, t. 3, p. 211) (tlfi:gober) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).