étouffer

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

registre ancien : 3 registre moderne : 3 fréquence : 33

étouffer & s'étouffer ; étouffer une affaire ; étouffer une plainte ; étouffer un scandale ; étouffer les événements ; étouffer la vérité v.tr.

Amortir, minimiser (un scandale, une plainte, une affaire...), classer une affaire pour éviter le scandale, éviter qu'elle ne s'ébruite (y compris par moyens illégaux)

1927 Sir Mac-Adam s'exécuta sans trop rechigner, décidé qu'il était à étouffer à n'importe quel prix toute menace de scandale 1927. Nouvelles aventures des Pieds Nickelés, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927) 1956 On étouffe, mon vieux, mon étouffe, et votre papier, il sera étouffé comme les autres 1956. M'as-tu vu en cadavre ? 1985 Il n'a pas le sale boulot qui consiste à étouffer la plainte de la fille 1985. Sûreté urbaine 1910 Ça va s'étouffer, ce scandale, et il n'aura plus peur ! 1910. Contes de l'étape 1998 La tempête qui va secouer la haute administration n'aura rien à envier aux coups de tabac d'équinoxe ! Et pour étouffer l'affaire maintenant, bonne chance ! 1998. Il faut tuer René Dousquet ! 1899 On emprisonne, on détient dans les fers, on viole la loi par stupidité, et lorsque la vérité se fait jour, on l'étouffe, on cache sa sottise, on devient criminel ! 1899. Bistrouille et Jean Hiroux. Contes du Petit Pioupiou 1947 il fut amené à s'apercevoir qu'un juge d'instruction, qui avait précisément été mêlé à l'affaire, avait étouffé les choses au moyen d'un non-lieu. 1947. Prisons tragiques. Prisons comiques. Prisons grivoises <7 citation(s)>

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 697