néné

date : 1821 registre ancien : 7 registre moderne : 5 fréquence : 19

néné & nénets (pl.) ; nénais n.m.

Sein, mamelles ALL : Busen

Synonyme : seins Usage : érotique, sexualité, anatomie

6533.jpg: 610x435, 65k (06 juillet 2011 à 18h50)

1862 Elle est mieux mise, ta dédame, mais elle n'a pas mon corps… Tiens, vois mes nénets, comme ils sont engraissés… (Elle les met à la fenêtre de son corsage.) Les aimes-tu, mes pommes ?… 1862. La grisette et l'étudiant 1863 Tiens, tiens, dans ma bouche ton petit nénet… 1863. Les deux gougnottes. Dialogues infâmes 1887 Ses gros nénés n'étaient pas beaux 1887. En famille - Études d'argot, dans La Chair 1897 Elles veulent qu'on leur croit des nénés 1897. Les demoiselles à marier 1967 –Comment qu'est la poule ? –Gironde, avec des nénés du plus fort tonnage. 1967. Raymond la Pente 1921 S'excitant, Régine ne refusait pas de branler sa femme de chambre et lui pelotait très finement le cul et ses petits nénés qu'elle comparait à des oeufs à la neige. 1921. La femme aux chiens 1911 le palpitant me cognait dur sous le néné gauche. 1911. Le journal à Nénesse 1933 Maurice s'était rabattu sur Madeleine et, les mains plongées dans son corsage, lui pelotait les seins. Il avait de quoi faire, parce qu'elle est bien servie. –Regarde, Rité, s'ils sont beaux les « nénés » de Mado, m'a dit Maurice en les sortant. 1933. Puberté. Journal d'une écolière <8 citation(s)>

NÉNÉ, subst. masc. Pop., le plus souvent au plur. Sein de femme. Cette gorge douce continuait à se caresser contre de fraîches étoffes, à se blottir dans les dentelles et la femme continuait à sentir sa gorge exister dans son corsage, à penser: « Mes nénés, mes beaux fruits », à sourire mystérieusement, attentive à l'épanouissement de ses seins (Sartre, Nausée, 1938, p.171). Prononc. et Orth.: [nene]. Var. vieillies : nénais (Zola, Assommoir, 1877, p.723 ; Larch. 1880 ; France 1907) ; nénet (Lar. 19e-20e, Larch. 1880, Guérin 1892, France 1907). Étymol. et Hist. 1842 nénet (d'apr. Esn.) ; 1877 nénais (Zola, loc. cit.). Du rad. expr. nann-/nenn-/ninn-/no(u)nn- du lang. enfantin exprimant le rapport du nourrisson à la mère et à la nourrice. (TLFi) / néné n.m. non conv. CORPS "sein" - GR[85], fin 19e ; GLLF, 1900, Willy ; FEW (7, 5a), 1907, Lar. ; TLF, cit. Sartre nénet : GLLF, DFNC, TLF, GR[85], DArg., 1842 ; FEW, 1874, Lar. Forme d'approche : n n 1821 - « Au surplus, tu sauras que Laurence est faite à peindre, qu'elle a le plus joli bras et la plus jolie main qu'il soit possible de voir, qu'elle a la peau très blanche, et deux n[é]n[ais] placés admirablement bien [...] » Balzac, Corresp., I, 107 [les lettres entre crochets sont insérées par l'éditeur de 1960] (Garnier) - P.E. (BHVF) nais-nais - ø t. lex. réf. ; absent TLF. 1857 - « Un petit garçon de cinq ans disait à sa petite soeur : Cache donc tes nais-nais. La petite soeur lui répond : Tu montres bien les tiens, toi. » R. anecdotique, n° 3, 1er févr., 59 - P.E. (BHVF) nénais - FEW, DArg., 1867, Delv. ; TLF, 1877, Zola. av. 1861 - « Petite maman s'est fait des nénais avec du coton. » Gavarni, in Larchey, Les Excentricités du langage fr., 185 (R. anecdotique) - P.E (BHVF) /

De nenen = nourrice (AYN) / Probablt de la rac. onomat. nan- (→ Nanan) (GR) / 1821, Balzac (Enckell, BHVF) / Fin XIXe ; nénet : 1842 (GR) / 1842, DHAF (TLFi)

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 990