le diable m'emporte !

registre ancien : 5 fréquence : 5

le diable m'emporte ! & diable m'emporte ! interj./juron

Exclamation d'intensité ; exclamation après forte émotion

Famille : que le diable X

1867 –Diable m'emporte, j'ai entendu quelque part ce timbre de voix. 1867. Les Malfaiteurs 1791 il y a fo.... long-temps que je ne t'ai pas vu, j'ai cru, le diable m'emporte, que tu avois cassé ta pipe. 1791. Le diné du grenadier, à Brest 1792 Quoi ! c'est vous-même, mon cher Vieil ! Le Diable m'emporte je croyois bien ne jamais vous revoir. 1792. Conversation entre un maître d'école, un grenadier, et un paysan 1792 Millions de tonnerre ! Je crois, ou le diable m'emporte, que vous vous foutez de moi 1792. Conversation entre un maître d'école, un grenadier, et un paysan 1791 Diable m'emporte, j'ai honte de leux acheter, que j'vois qu'ça n'a pas seulement une chemise pour couvrir son pauvre cul 1791. De par la mère Duchesne. Anathèmes très-énergiques contre les jureurs 1791 Que diable, pendant qu'vous vous égosillez-là, avec tout ça nous ne buvons pas. Hem… hem… j'ai le gosier sec comme du parchemin, diable m'emporte. 1791. De par la mère Duchesne. Anathèmes très-énergiques contre les jureurs 1918 Mais cette fois, le diable m'emporte ! j'en aurai le coeur net tout de suite. Ils m'agacent, à la fin des fins ! 1918. Au seuil des guitounes <7 citation(s)>

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 372