déballage

date : 1858 registre ancien : 8 registre moderne : 8 fréquence : 9

déballage & au déballage n.m.

Nu, déshabillé, sans artifice ; au déshabillage : quand une femme se montre nue pour la première fois, quand elle se déshabille, étalage de chair, quand une pute essaye d'aguicher le client, au sortir du lit

Synonyme : nu

1863 Joli garçon, veux-tu venir chez moi ?… DORANTE (Que la tournure de Sylvia séduit, décidement.) –Eh ! eh ! je n'dis pas non… (Bas.) Faut voir ça au déballage… y'a p't'être plus d'réjouissance que d'viande là-dessous… 1862-1863. Les jeux de l'amour et du bazar 1863 Cette créature porte à la peau… Ça doit être une bonne largue… Cependant, au déballage… j'ai été si souvent volé !… 1862-1863. Les jeux de l'amour et du bazar 1899 Si vous saviez, ma chère !… Madame, c'est un manche à balai !… Faut voir ça comme moi le matin au déballage ! […] Faux les nichons !… Faux… les… enfin, ce qui est au bas du dos 1899. L'amour à Paris - Nouveaux mémoires - Les industries de l'amour 1955 j'en ai vu des artistes de toutes sortes, sur la scène elles paraissent bavelles, mais quand tu bigles au déballage, ça sent plutôt la fin de saison ! 1955. Pas de pitié pour les caves 1966 Hélas, bien souvent, quand on en arrive à dépasser les bagatelles de la porte, quel déballage 1966. Les cahiers du capitaine Georges - Souvenirs d'amour et de guerre (1894-1945) 1949 Il y avait pas mal de belles choses, dans ce déballage, je ne dis pas non, mais moi j'en avais ma claque 1949. Un drôle de mec - Roman traduit de l'argot américain <6 citation(s)>

DÉBALLAGE, subst. masc. 2. [Correspond à déballer C 2] Argot [Gén. en parlant d'une femme] Action de se déshabiller, déshabillage. Madame de Caraman très peu changée en vérité, mais dont le déballage offrirait peut-être moins d'agrément qu'il y a trente ans (MÉRIMÉE, Lettres Delessert, 1870, p. 138). Au déballage. Au lever ou au coucher, c'est-à-dire en l'absence de tout artifice. [En parlant d'un homme] Rare. « Il est accablé de rhumatismes, ce qui le fait ressembler, au déballage, à ces statuettes (des bandagistes) » (LARCHEY, Excentr. lang., 1858, p. 472). Loc. [Le suj. désigne un homme] Être volé au déballage. Être déçu en constatant, lorsque la femme est déshabillée, qu'elle devait tout ou partie de ses charmes aux artifices de la toilette (cf. L. LARCHEY, loc. cit. et LARCH. 1880, FRANCE 1907 et DELVAU 1972). [Le suj. désigne une femme] Gagner au déballage. Gagner des charmes à être dévêtue. Perdre au déballage (cf. RIGAUD, Dict. jargon paris., 1878, p. III et FRANCE 1907). Étymol. et Hist. 2. 1846 au fig. supra ex. 5. Dér. de déballer*; suff. -age*. (TLFi) /

Dér. de déballer ; suff. -age (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 621