couillonnade

date : 1791 registre moderne : 5 fréquence : 16

couillonnade & couillonade ; couïonnade ; coïonnade ; couyonnade n.f.

Bêtise, sottise, foutaise ; ce qui ne vaut rien, arnaque, duperie

Synonyme : bêtise, ânerie

1965 Les détails des conditions de l'armistice ? Tu parles si je m'en balance !… Le principal, c'est que nous on est en tête de l'article I, quelque chose comme ça, je suppose : « En premier lieu, les prisonniers sont libérés comme absolument pas responsable de toute cette couillonnade. » 1965. La débâcle 1956 Enfin… quand j'ai du fric, je ne rechigne pas à le dépenser, même en couillonnades 1956. M'as-tu vu en cadavre ? 1956 Bon Dieu ! trêve de couillonnade. Pourquoi que nous l'aurions zigouillé, ce vieux schnok ? 1956. M'as-tu vu en cadavre ? 1904 Chico, je suis ton oncle ! Je te défends de faire une coïonnade pareille ! 1904. Pepete le bien-aimé 1953 L'abolition des privilèges, c'est une couillonnade 1953. Allons z'enfants 1911 tu sentiras que tu en as un clou rivé et que tu ne jacteras plus de couïonnades vis-à-vis des aminches que tu aurais à purger 1911. Le journal à Nénesse 1903 C'est comme les livres qu'il nous donnent [en prison] il y a là-dedans tout un tas de « couillonnades » à faire pisser un merlan. 1903. Les enracinées <7 citation(s)>

De couillon, et -ade (GR) / 1791 (mais : coyonnade, 1592) (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 589