marrant

date : 1901 registre ancien : 7 registre moderne : 6 fréquence : 137

marrant & marrante (fém.) ; petit marrant ; faire son marrant ; c'est marrant, comme X ; (marraut) ; ≠ pas marrant, (pas marant) n., adj.

■ Amusant, drôle, comique ; personne amusante, gai luron ; ■ remarquable, étonnant, étrange, surprenant, bizarre, cocasse, inattendu ; (iconoclaste, ridicule) ; □ agir déraisonnablement, faire le malin (en mauvaise part) ; □ c'est étrange, c'est surprenant ; ≠ pas agréable, difficile, pénible, sévère, exigeant, source de problèmes

Synonyme : amusant, drôle, étonnant, surprenant Morphologie : n/u

2008 C'est marrant comme les communautés s'agglomèrent plus facilement par origine ethnique que par proximité géographique. 2008. Kiffer sa race 1914 Ah ! c'est pas marant [sic], non, alorss !… 1914. Le numéro 23, dans Racaille et parias 1957 Môssieur veut faire son marrant. Je le dirai au Directeur du cirque quand je le verrai. Maintenant si tu ne veux pas que je te balance dans la flotte avec un plat de pruneaux dans le buffet tu ferais mieux de commencer à chanter. 1957?. Dix ans de frigo 1925 Ah ! dites ! c'est marrant ! il y a le vieux d'à côté, le gros bonhomme, qui en pince pour mon gniasse ! 1925. La bonne vie 1936 Ce qui n'est pas marrant, c'est qu'il ronfle 1936. Tel qu'il est 1942 Vous êtes des petits marrants, dit-elle, peu exigeante sur la qualité de l'humour des clients 1942. L'ombre du grand mur 1952 J'avais retrouvé le même Lupeau, un marrant, un vrai titi et qui ne se cassait pas beaucoup la nénette pour ce qui est du coltin 1952. Mon taxi et moi 1952 Ce n'est pas un marrant, c'est un dessalé, avec son visage de loup maigre à la Montéhus 1952. Mon taxi et moi 1952 c'est un bled pas marrant où qu'il a jamais pu dégotter un mécano pour le dépanner. 1952. Émile et son flingue 1984 T'es marrant toi, et si un aveugle entrait ? 1984. Ricky VII 1971 c'est vrai que pour maman nous n'étions pas marrants, nous lui en faisions voir 1971. Histoire de Michèle 1954 De temps en temps, elle arrivait à me faire rire, tant elle savait bien se moquer des gens et mettre au jour leurs côtés marrants. 1954. Les portes de l'aventure 1994 Je reviens tout de suite, je vais juste aux toilettes ! –Mais enfin, tu pouvais pas y penser avant ?? Tu vas encore déranger tout le monde ! –Mais avant j'avais pas envie, t'es marrante ! 1994. Manu. Le danger public 2012 Vous êtes marrantes, vous les bonnes femmes, avait-il protesté. C'est dans votre nature de vous mêler de tout, de vouloir sauver le monde et les malheureux qui le peuplent… 2012. Des clous dans le coeur 1977 chaque matin, déverrouillage : trente bornes en marche commando. L'après-midi, exercice de guerre et maniement d'armes. Pas marrant. On en chie comme des zouaves 1977. Faut pas rire avec les barbares 1953 Et puis comme on dit, ça mettait un peu de beurre dans les épinards. C'est pas marrant la vie aujourd'hui, il y a que les caïds qui se défendent bien. 1953. De la boue et des roses 1977 –On peut s'engager dans l'armée d'ici ? –Pourquoi ? Vous savez l'armée c'est pas marrant. 1977. Les jeunes en prison. On nous enfonce <17 citation(s)>

Moderne (1930) : se marrer signifiait autrefois s'ennuyer, être dégoûté, avoir des nausées, sensation du mal de mer (mar) - d'où : en avoir marre - : on a fini par sous-entendre « à force de rire », comme quelqu'un qui rit aux larmes, et crie « assez, assez » (AYN) / De se marrer (GR) / Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc) / 1901 d'après ESN (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 491