baroner

date : 1905 registre ancien : 9 fréquence : 2

baroner

& baronner

Faire le baron (associé du camelot qui incite les badauds à s'attrouper et à payer) ; (servir de paravent)

1935 Ma meilleure place a été celle de baron. Ne crois pas qu'il faille avoir des parchemins pour devenir baron. J'étais au service d'un camelot, marchand de bijoux à la poignée. Quand il commençait le boniment, je me mettais devant lui afin d'agglomérer les badauds enhardis par mon exemple. Puis je me retirais en douce, pour réapparaître, brandissant un billet de cent sous, au moment délicat qu'on appelle le coup de casque. Je gagnais seize francs à baronner, et j'aimais cette profession libérale, à laquelle il m'a fallu renoncer quand mon patron est parti ébaubir la province. 1935. Viande à brûler

<1 citation(s)>

Baronner, verbe trans., arg. Servir de baron (supra I B 3), de compère à un camelot, à un escroc. Alors, c'est entendu, tu me baronneras ce soir (A. Bruant, Dict. fr.-arg., 1905, p. 119)− 1re attest. 1905 id.; dénominatif de baron1étymol. II, dés. -er. (tlfi:baron) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).