mon colon !

registre ancien : 7 registre moderne : 7 fréquence : 30

mon colon !

& mon colon ; ben mon colon ; ben, mon colon ; mon vieux colon ; > le colon ; colon

n.m., locution, interj./juron

■ Exclamation familière d'intensité, d'admiration, de surprise, etc. ; ponctuation exclamative ; ■ camarade, mon ami, expression d'amitié, appellatif familier, mon type (terme de mépris) (par ironie) ALL : Kamerad

Synonyme : terme de familiarité amical (mon ami), ami, camarade

55703_ben_mon_colon_quelle_avalanche.jpg: 392x600, 42k (29 juillet 2018 à 21h45) 55703_ben_mon_colon_t_en_as_un_oeil.jpg: 400x600, 72k (29 juillet 2018 à 21h45)

1914 on arrive là, dans braisards, dans des pelures anglaises, d'un chic à dégotter le prince de Galles… et tu fais la gueule ! Ah ! mince de copain, mon colon !… Si tu fais des petits, je te les laisse !… 1914. Passagers de choix, dans Racaille et parias
1958 L'arbre généalogique définitif des Galant-Clermaux. Il est deux fois plus grand que les autres, et le quincaillier n'a jamais poussé plus loin la recherche, dans ce domaine. –Ben, mon colon ! admire François. 1958. Chandeleur l'artiste
1927 Ben, mon colon, ils ne doivent pas se nourrir avec du crottin de cheval, par ici 1927. A la revoyure - Nouvelles aventures des Pieds Nickelés, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927)
xxxx Ben mon colon ! t'en as fait du propre. xxxx. Écrits
xxxx comme la chanson : Mais mon colon je crois que t'es de Marseille / Il ne faut plus nous la faire à l'oseille xxxx. Écrits
1994 Y'a un bout de temps, mon colon, que voter ça serait interdit 1994. La ballade de Willy Brouillard
1904 Mon vieux colon, sa camarade, la femme en rose, elle te regarde, comme si elle voudrait te manger ! 1904. Pepete le bien-aimé
1904 Le boucher, savourant ce régal barbare, mastiquait à grand bruit, et, de temps en temps, il poussait de petits grognements de satisfaction. Il lâcha même, en regardant Michel : –Ça glisse, hein ? mon vieux colon !… –Pour sûr ! dit l'autre 1904. Pepete le bien-aimé
1915 J'aurais jamais trouvé ça… Ah ! mon vieux colon, tu peux dire que t'as l'chic pour baptiser les gens… 1915. Les poilus de la 9e
1888 le renversa sur un lit où il le maintint de ses deux poings d'hercule, criant : –T'es boulé ! t'es boulé ! Mon colon, y'a pas d'erreur ! 1888. Le train de 8 h. 47
1911 On ne se prive plus de rien, on fait partie du gratin embaumé, quoi !… Mon colon !… Y a pas ! À présent, j'aime le bon Dieu, nom de Dieu !… 1911. Le journal à Nénesse
1903 je tâcherai d'aller à l'audience voir la gueule qu'y fera, le colon. Y aura aussi probablement avec lui le môme Tartine et Giselle. 1903. Les enracinées

<12 citation(s)>

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).