boucan

date : 1790 registre ancien : 8 registre moderne : 6 fréquence : 89

boucan & □ faire du boucan ; faire un boucan n.m.

■ Bruit, vacarme, bruit ; ■ tapage, scandale, chahut, éclat, esclandre, agitation ; ■ désordre ; □ faire du bruit, du tapage, beaucoup s'agiter ALL : Lärm / ANG : hubbub in school

Synonyme : bruit, vacarme, tapage Famille : boucan (bruit, débauche fête)

5562.jpg: 418x359, 25k (06 juillet 2011 à 18h49)

1820 Maintenant, ces deux messieurs veulent faire boucan [faire du scandale, tout casser], le vieux s'en mêle 1820?. L'intrigue au bordel 1792 –Masi, n'y a que deux ans que j'on fait connoissance avec les maniganceux de l'assemblée des départemens, des districts & des crubs, mais je gagerions ben que si on mettoit en ligne d'ecriture tous les boucans qui zon faits, y en auroit pou un missel. 1792. La table d'hôte à Provins, ou la croisée des diligences 1792 y beugliont tous à la fois ; t'é un gueux, t'é zun coquin, t'é zun voleur, t'é zun fripon : y zont tous raison. Au milieu de ce boucan, le maître à tretou, en brandillant sa cloche, dit com ça, qu'ceux qu'avont mon intention, s'leviont. Patatra… les mains, les culottes, les pattes, tout zest en l'air 1792. La table d'hôte à Provins, ou la croisée des diligences 1791 mais quel foutu boucan est donc arrivé, la peste a-t-elle couru le pays, qu'on a été obligé de prendre Tiennot pour major, Gaudichon pour juge, & Gaudinet pour évêque ? Nom d'un tonnerre, je crois que je rêve ! 1791. Le diné du grenadier, à Brest 1791 –Mais qu'est-ce qu'ont dit de tout cela les braves officiers, notre colonel, notre capitaine ? –Sacredieu ce qu'ils ont dit, ils ont faili d'en crever de chagrin, & ne pouvant pas voir davantage ce boucan-là, ils ont passé à l'étranger pour s'en revenir avec eux en France. 1791. Le diné du grenadier, à Brest 1980 Y font un boucan d'enfer 1980. Dans mon HLM 1981 Il a fait un boucan d'enfer 1981. Le Père Noël noir 1886 Je me recouche, désolé que le boucan soit fini 1886. L'Insurgé (Jacques Vingtras - III) 1862 Eh bien, voyons, qu'est-ce qu'il y a ?… En fait-on un boucan dans mon appartement ! 1862. Le beau Narcisse - comédie-vaudeville en un acte 1939 Le Congrès s'est réuni à Versailles. La première séance a été orageuse. Les journaux parlent de « chahut » et de « boucan » [1884] 1939. Journal de l'abbé Mugnier (1879-1939) 1915 Ils affirment qu'ils pionçaient comme des loirs, que ce n'est pas eux qui ont fait du boucan 1915. Les poilus de la 9e 1911 Les goualantes, c'est chouette, ça fait du boucan, et les hannetons qui vous taraudent la soupente se tirent des pieds… 1911. Le journal à Nénesse 1979 Les autochenilles blindées, ça faisait un boucan épouvantable sur le pavé. 1979. Chouf ! Ils ont laissé leurs 20 ans en Algérie. Aujourd'hui ils parlent. <13 citation(s)>

B.− Pop. Bruit assourdissant. Faire du boucan; un boucan formidable, un boucan du diable, de tous les diables : 1. Tout le canard fut secoué par ses mitrailleuses tirant à la fois. Dix secondes, il y eut un boucan d'enfer, le petit bruit du bois qui éclate sous les balles ennemies, et un réseau de balles traçantes. Malraux, L'Espoir, 1937, p. 822. − En partic. Désordre, agitation bruyante : 2. Nous faisons dans les assemblées un boucan d'enfer; l'un de nous imite le cornet à bouquin, l'autre le fifre. On sort, les gens paisibles crient au scandale; alors nous faisons chorus avec eux, nous levons les bras au ciel. Renan, Drames philos., L'Eau de Jouvence, 1881, p. 453. 2. 1797 « vacarme » (Restif de La Bretonne, Monsieur Nicolas, éd. de 1959, t. 3, p. 659, ibid.). (TLFi) /

  • boucan n.m. non conv. ORGANISATION/RELATION PERCEP. "vacarme, désordre, tapage" - ND4, 1793 ; Mat.I, E, GLLF, TLF, BW6, PR[77], 1797 ; L, DG (néol.), ø d ; R, cit. Henriot ; FEW (1, 588b), ø d.
    • 1790 - «Quelqu'un bougrement bête s'avise de dire qu'il craint bien qu'il y ait des traîtres parmi eux, et qu'il pourrait fort bien y avoir boucan. [...] Dernièrement une ancienne laveuse de viande [...] fait un boucan de diable, parce que ce vin n'est pas pour MARMINIAC [...] il y aurait eu un boucan de tous les tonnerres de dieu, et ils l'auraient bien mérité... [...] L'on en découvre tous les jours... et ce monsieur d'Estaing, ce marin qui fit tant de boucan dans les dernières guerres pour la France, il change les voiles... Ca me fout malheur... Mais d'Estaing ! d'Estaing ! que t'en reviendra-t-il de faire le jeanfoutre !» Jean Bart , numéro 63, 4-5 et numéro 71, 6 et numéro 78, 7 et numéro 79, 5 - P.E.
    • 1790 - «[...] les parlemens, qui faisoient un boucan de chien il y a deux ans contre le Roi [...] tonnerre de cent mille démons ! cedez tout, et vous verrez un beau boucan. [...] croyez-vous même, quand je me fous dans la tête de faire du style à quinze, que si j'entendois un boucan simpiternel sous mes fenêtres que je serois content?» [Lemaire], 2e let. bougrement patriotique du véritable père Duchêne , 4 et 5 et 7 - P.E.
    • 1790 - «[...] alors nous aimerons le carillon, le boucan, la guerre, le vacarme, alors nous aimerons l'explosion, le tintamarre, le bruit d'enfer, le bombardement, le chamailli pour conserver la liberté.» [Lemaire], 26e let. bougrement patriotique du véritable père Duchêne, 3 - P.E. (BHVF) /

Du latin buccinus et du grec xxxx = trompette ; en provençal bousin (DEL) / On a vu : sonner du « bouquin » dans boucan (AYN) / Orig. incert. ; p.-ê. de boucaner, au sens anc. de « faire le bouc » ou de boucan, au sens de « cabane » (GR) / onomatopée (Laut1916) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 642