peigne-cul

date : 1790 registre ancien : 7 registre moderne : 6 fréquence : 19

peigne-cul

& peignes-cul (pl.) ; peignes-culs (pl.)

Terme de mépris : individu nul, minable, sans importance, expression de mépris social ; terme de mépris, personne grossière, peu éduquée ; homme vil, bas, hypocrite, flatteur, terme de mépris pour qualifier ouvrier qui toujours du côté du patron

Synonyme : individu, type, quidam, terme de mépris, formule de mépris, hypocrite

1965 Le plus dur, dans notre cas, c'est pas d'être prisonniers, c'est d'être obligés de supporter un tas de peigne-culs sans éducation. 1965. La débâcle
2015 Je rote pour emmerder la table voisine, bordée de peigne-culs bouffeurs de patates. 2015. Phi Prob
1969 Il y a des peigne-culs, dans les environs, qui ne laissent pas passer de si belles occases de se fournir à bon marché. 1969. L'humour dans les prisons
1980 Y se recrée l'Indochine dans sa petite vie de peigne-cul 1980. Dans mon HLM
1950 Il se cassait pas la tête, instantanément il avait saisi la coupure. Avec un peigne-cul aussi fleur que moi, pas nécessaire de mettre des formes, de prendre des gants pour chatouiller le clito de sa femme. La main au panier… franco 1950. Ainsi soit-il
1950 gardez vos distances, peigne-cul ! mon cerceuil n'est pas le vôtre 1950. Ainsi soit-il
1950 des matérialistes sordides, si offusquants, des empêcheurs de digérer en rond, si frustes, si vulgaires, peignes-cul 1950. Ainsi soit-il
1952 On attendit donc que le car soit plein à craquer de peignes-culs qui sortaient du cinéma 1952. Rencontre dans la nuit
1952 Il se servit, alluma sa sèche à un briquet de prix et jeta le paquet sur la table en nous invitant du geste à nous servir. Il avait dû apprendre la courtoisie dans une écurie de peigne-culs 1952. Rencontre dans la nuit
1969 Un peigne-cul du tribunal les coiffe 1969. Au décarpillage
1982 on change de clientèle. Finis les ringards de peigne-culs ! On rentre dans le beau monde, Paco. 1982. Qui vous parle de mourir ?
1950 On a toute chance de devenir un gagne-petit, un économiquement faible, un peigne-cul, pour parler comme Muguette. 1950. Monsieur Paul
1954 « Quand on est invité chez les gens, on porte un bouquet », qu'elle insistait, « ou bien une boîte de sucreries, ça se faisait », qu'elle reprenait, sinon on passait pour un peigne-cul bien grossièrement malappris. 1954. Les portes de l'aventure
1953 Il m'a drôlement sonné, ce peigne-cul. 1953. ...et ça continue !
1956 on se croirait plongé à l'heureuse époque du muet. En ce temps-là, lorsqu'on jouait les Croix-de-Bois, y avait un peigne-cul qui imitait le bruit du canon en martyrisant une grosse caisse en bas de l'écran. 1956. Fais gaffe à tes os

<15 citation(s)>

PEIGNE-CUL, subst. masc. inv.

Pop. Individu méprisable, grossier, sans moyens, avare. Je ne me vois pas corrigeant des copies. Et à la première minime difficulté que j'aurais avec l'administration, ou avec une famille, je sens que je m'écrierais très bien: « Oh! ça va! Assez comme ça de peigne-cul pour moi ! (...) » (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p. 209). Le cinéma a pour lui tout ce qui manque à leurs romans: le mouvement, les paysages, le pittoresque (...) !... les crimes à la veux-tu voilà !... des orgies de voyages ! comme si y était! tout ce que ce pauvre peigne-cul d'écrivain peut qu'indiquer (CÉLINE, Entretiens avec le professeur Y, éd. revue et corrigée, 1955-1976, p.26 ds CELLARD-REY 1980). REM. 1. Peigne-chose, subst. masc. inv., synon., p. euphém. À qui appartient-elle [une perle] ? À qui ? Est-ce que je sais ? À un syndicat de peigne-chose! À des sauvages, à des gens sans foi, ni sensibilité (COLETTE, Gigi, 1944, p.146). 2. Peigne-zizi, subst. masc. inv., synon. C'est du Mac Herrel [le whisky] (...). Une marque pas très connue. Je le fais observer à Petit-Littré qui rosit de confusion derrière ses hublots. Il se disculpe devant ses invités encore valides, soucieux de ne pas passer pour un peigne-zizi à leurs yeux sévères (SAN ANTONIO, San Antonio chez les Mac, Paris, Fleuve Noir, 1961, p.25). Prononc.: [], [pe-]. Étymol. et Hist. 1790 (Journal des Halles ds QUEM. DDL t.19). Comp. de la forme verbale peigne (peigner*) et de cul*. (tlfi:peigne-cul)

De peigne(r), et cul (GR) / Comp. de la forme verbale peigne (peigner) et de cul (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 829