bosser

date : 1878 registre moderne : 6 fréquence : 114

bosser

& bausser

v.tr.

Travailler, légalement ou non (ouvrier, employé, etc., prostitution, activités hostiles), être actif ALL : arbeiten

Synonyme : travailler, faire un travail

1976 Je n'aime pas tellement baiser le matin. Surtout quand je bosse après. 1976. Dire nos sexualités
1935 Avant qu'ils s'amènent, on s'en mettait plein la lampe, vu que tout le monde bossait au tissage. J'avais seize ans, et je gagnais depuis ma communion. 1935. Viande à brûler
1977 Il bosse toujours à l'atelier 1977. La bande à Lucien
1980 Celle qui bosse dans la pub 1980. Dans mon HLM
1980 qui bosse dans la musique 1980. Mimi l'ennui
1981 T'as assez bossé, repose-toi enfin 1981. Oscar
1983 Une gonzesse sympa qui bosserait pour me payer ma bouffe 1983. Deuxième génération
2011 À l'époque, je bosse comme manoeuvre chez Le Guillou, une entreprise de BTP basée à Saint-Herblain. 2011. Un militant, trois poules (suivi de La Citouche)
1924 De fil en aiguille, l'individu qui s'appelait Patte-d'Oie, lui raconta qu'il cherchait un « poteau gonflé » pour l'aider à « bosser ». 1924. Les dessous de Montmartre

<9 citation(s)>

Date des années 1878 ; vient de l’expression dialectale bosser du dos, i.e. être courbé sur le travail ; bosser, c'est donc travailler dur (GARREAU) / P.-ê. d'orig. dial. de l'Ouest bosser (- 1. Bosser, I., 1.) « être courbé (sur le travail) », de bosse, ou de bosser, ou encore de (travailler en) bosse (ronde-bosse) ; seul le milieu (inconnu) où apparaît cet usage permettrait de trancher (GR) / Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).