péquenot

date : 1905 registre moderne : 6 fréquence : 39

péquenot

& pécno ; pecnot ; péquenaud ; pecquenau ; péquenod ; pékenot

n.

■ Paysan, rural, rustre, provincial ; (par ext.) ■ homme maladroit, empoté, peu dégourdi ; ■ qui s'habille mal, n'est pas à la mode ; ■ civil (par opp. à mil.) ; ■ qui se fait duper, se fait exploiter ; ■ insulte, terme de mépris général ALL : Landbewohner / ANG : an awkward man

Synonyme : paysan, fermier

1955 Tous des péquenots en visite à Paris et venus se reposer les nougâts, avant de continuer la tournée des monuments historiques. 1955. Mollo sur la joncaille 1966 C'est un « pigeon », c'est « l'honnête travailleur ». Il n'a pas « compris ». Pigeon, il se fait « plumer » : on le « dupe », on lui soutire son argent. On le traite aussi bien de « péquenot », « pélerin », « bouseux », que de « narvalo » (idiot en manouche) ou de « charlot ». 1968. Les barjots 1977 Qui fascine les pecnos quand il danse le tango 1977. Jojo le démago 1952 pour voir mon courrier et m'habiller en Parisien, c'est-à-dire en péquenot 1952. Une fille du tonnerre 1954 c'est toujours bon pour des péquenots ! savent baiser qu'en bande, avec du pichtogorne plein les trous d'nez 1954. Rue des maléfices - Chronique secrète d'une ville 1921 Et tandis qu'il parle, la riposte du Boche déferle, écrase Davril à pleine hottée : « Face moche ! Péquenot ! Figure de porc frais ! –Pas mal ; pas mal », approuve Noiret. 1921. La boue 1947 Quand aux braves péquenots d'électeurs, on les enverrait travailler en Kolkhose 1947. Mon journal dans la drôle de paix 1931 L'Assistance Publique m'a pris. Ça a été pour m'envoyer chez des péquenots, travailler la terre. Connaissez-vous les paysans ? C'étaient des paysans de Sologne. Ils vous nourrissaient à coups de triques et vous faisaient turbiner à en crever. 1931. Enfants du malheur ! 1933 J'ai été au vélodrome. Il y avait quelques jeunes gens. Je tâcherai d'y aller rouler un peu. J'ai remarqué parmi ces « pecnots » un type assez beau. Il a des yeux noirs magnifiques. 1933. Puberté. Journal d'une écolière <9 citation(s)>

Pop. et péj. Paysan. Depuis que mes confrères font courir le bruit que je n'ai aucune notion de l'asepsie, la clientèle a foutu le camp, je ne soigne plus qu'un tas de péquenots qui me paient d'une volaille ou d'un panier de pommes (Bernanos, Journal curé camp., 1936, p. 1093).Nous étions figés l'un en face de l'autre... comme à la messe des péquenots qui ne savent pas quoi faire de leurs mains... (Vailland, Drôle de jeu, 1945, p. 91). − P. ext. Homme grossier, inculte, niais et peu dégourdi, dont on fait peu de cas. Repérage scientifique du péquenot moyen, cellules photo-électriques, transmission, et classement des empreintes digitales par télévision du fond de n'importe quel hôtel meublé, détection des ondes humaines et lecture de la pensée, etc. (Abellio, Pacifiques, 1946, p. 385).Quand quelqu'un qui n'y connaît rien passe devant un éléphant et que son cornac, en douce, lui souffle le mot: « lift », il attrape le péquenot avec sa trompe et se le colle sur le garrot (Vialar, Zingari, 1959, p. 88). En fonction d'adj. Être péquenot; avoir l'air péquenot. Y en avait qui s'lamentaient, qui chialaient... L'pitaine (...) l'a eu une idée (...). Il choisissait les plus intelligents, les moins péquenots (Vialar, Morts viv., 1947, p. 250). Rem. Lar. Lang. fr. note (sans donner d'ex.) que le fém. péquenotte est rare. Hanse Nouv. 1983 enregistre le fém. péquenaude. Prononc. et Orth.: [pεkno], [pe-]. Pt Rob. [ε]; Lar. Lang. fr. [e]; Martinet-Walter 1973 [ε]-, [e]; Rob.: péquenaud, péquenot, pecnot; Lar. Lang. fr.: péquenaud, péquenot, pecquenot. Étymol. et Hist. 1905 « rustre, homme peu dégourdi » (ds Esn.). Orig. incertaine, peut-être dér. de pékin (v. pékin2), pequin « chétif, malingre, ignorant, avare » (v. FEW t.8, p. 158), ou dér. masc. du fém. pecque « femme sotte et prétentieuse » (1630, Chapelain, Trad. de Guzm. d'Alfar ds Livet Molière t.3, 321), peque « femme acariâtre, pécore » (Bessin), « femme ayant une mauvaise langue, femme méchante » (Ardennes) (v. FEW t.8, p. 116); les rapprochements établis par Esn. qui fait de péquenot une var. des formes région. paican, pécot, pégot « paysan », et maladroitement amplifiés par Cellard-Rey 1980, semblent manquer de fondement tant que l'orig. et le cheminement de ces formes ne sont pas établis nettement (v. p. ex. pacant). Fréq. abs. littér.: 14. Bbg. Chautard Vie étrange Argot 1931, p. 660. _Hasselrot 20e s. 1972, p. 90. (tlfi:péquenot) /

Diminutif de péquin (SAIN-TRANCH) / Probablt d'un rad. pekk- «petit, chétif» → Pékin (GR) / de l'ancien pékin (Dauzat1918) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 124