fric-frac

date : 1836 registre ancien : 10 registre moderne : 8 fréquence : 44

fric-frac & fric frac ; fricfrac ; faire fric-frac ; faire fric frac ; au fric-frac ; aller au fricfrac ; vol au fric-frac ; faire un fric-frac ; faire le fric-frac ; partie de fric-frac ; flic-flac ; faire le flic-flac n.m.

Effraction, cambriolage, cassage de porte, vol avec effraction, fait de forcer (une porte, une serrure...) ; □ briser, fracturer ; faire effraction ; □ voleur, cambrioleur ; (extraction) ALL : Einbruch : IT : rottura, frattura

Synonyme : effraction, cambriolage, commettre effraction, cambrioleur

1867 le classique monseigneur, espèce de levier aussi nommé cadet et les coins à fric-frac 1867. Les Malfaiteurs 1887 –Il a fait le fric-frac à Chicago, à San-Francisco ! –Partout ! –Jamais pincé ! –Un rude, allez ! 1887. Le monde des prisons 1961 Autrefois très fermé, le milieu n'acceptait pas les touche-à-tout comme aujourd'hui. Les « vrais de vrai » défendaient leurs prérogatives et ne participaient pas, comme c'est courant maintenant, aux fricfrac et hold-up [sic]. Le trafic de la came n'était pas davantage leur fort. À chacun son métier, leurs gagneuses n'en étaient que mieux gardées. 1961. L'hydre aux mille têtes 1884 Un coup de fric-frac, chouette ! Amarré, dix berges ! 1884. La casserole - Etudes d'argot, dans La Chair 2013 il me propose de me procurer les clés de ces crèches rupines pour aller les cambrioler en l'absence de leurs propriétaires. Quelle aubaine ! Mû par une espèce d'instinct grégaire, je découvre l'excitation des fric-frac. 2013. Moi Dodo la Saumure 1887 Après tout, quoi ! Il a défendu sa viande ! Il a escarpé un pante, qui lui fourrait sous le blair un crucifix à ressorts, pendant un fricfrac de floquot 1887. En famille - Études d'argot, dans La Chair 1975 Pour y offrir des dentelles, y renonce même au fric-frac 1975. Gueule d'aminche 1844 Étienne Lardenois avait été gerbé à cinq longes de dur, pour un grinchissage avec fric-frac, dans une taule habitée 1844. Les vrais mystères de Paris 1887 Sur les murailles étaient inscrits ces mots : mort aux recoqueurs. Au-dessous deux poignards grossièrement dessinés, et le Monseigneur entouré des coins à fric frac 1887. Paris qui s'efface 1904 C'est un rancart de grinches, de fricfracs et de barbes, le Môme aussi s'y amène 1904. La Maison Philibert 1904 j'en ai assez d'être avec un fric-frac, tu sais que tu n'me fais pas peur 1904. La Maison Philibert 1875 Il vivait de vols avec effraction, et excellait à faire le flic-flac, c'est-à-dire à démantibuler la gâche d'une serrure à l'aide du monseigneur 1875. Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie jusqu'en 1870 1892 En sortant d'ici [prison], tu auras un métier sûr et où on ne chôme jamais… depuis la tire jusqu'au fric-frac 1892. Le chiffonnier de Paris - Grand roman dramatique 1955 venait de faire avorter l'expédition qui se préparait chez Armand : un fric-frac projeté à Neuilly 1955. Les dessous de Paris - Souvenirs vécus par l'ex-inspecteur principal de la brigade mondaine Louis Métra 1947 On joue sur le v'lours – et on est bien payé. Et on peut en profiter pour faire, en douce, quèques bons fric-fracs… 1947. Fleur-de-Poisse <15 citation(s)>

FRIC-FRAC, subst. masc. Arg. Vol avec effraction. Synon. cambriolage, casse (arg.). Arletty, méchante fille impassible, qui n'hésite pas (...) devant un coup de main avec effraction nommé fric-frac (COLETTE, Jumelle, 1938, p. 23). Rare. Personne qui commet un cambriolage. Synon. cambrioleur, casseur. [Bambou] se remettait lentement de sa longue claustration en s'attardant volontiers dans un petit débit où fric-fracs et chiqueurs des deux boulevards battaient les cartes et remuaient les dominos (CARCO, Jésus-la-Caille, 1914, p. 105). Prononc. : []. Étymol. et Hist. 1. 1545 loc. ne fric ne frac « rien du tout » (Sermon d'un quartier de mouton ds Kwart. neofilol. t. 1 1954, p. 76 : Je veux qu'on me face grand chaire Sans epargner ne fric ne frac); 2. 1704 fric-frac onomat. « imite le bruit de quelque chose qui se déchire » (Trév.); 3. 1836 subst. « effraction » (VIDOCQ, Voleurs, t. 2, p. 288); d'où 1900 « vol avec effraction » (NOUGUIER, Notes manuscr. dict. Delesalle, p. 128). Formation onomat. avec alternance vocalique qui traduit un bruit que l'on fait en frappant d'un côté et de l'autre (cf. clic-clac, v. clic*; flic-flac*; tric-trac...) d'où le sens 1 « ni d'un côté ni de l'autre »; c'est-à-dire « rien du tout »; cf. 1611 ny frac ny fric « [il n'y a] rien à manger » (COTGR.), et le sens 2; exprime aussi une action rapide; cf. 1640 ce qui vient de fric s'en va de frac « ce qui est mal acquis se dissipe aisément » (OUDIN); d'où le sens 3 avec infl. sém. de fracture*. Bbg. CHAUTARD (É). La Vie étrange de l'arg. Paris, 1931, p. 285. SAIN. Sources t. 1 1972 [1925], p. 396. (TLFi) /

Ainsi nommé à cause du bruit que fait l'outil en fracturant les portes (VIR) / harmonie imitative (AYN) / Onomatopée, « bruit de quelque chose qui se déchire » repris en argot d'après fracture (GR) / Formation onomat. avec alternance vocalique qui traduit un bruit que l'on fait en frappant d'un côté et de l'autre (cf. clic-clac, v. clic ; flic-flac ; tric-trac...) d'où le sens « ni d'un côté ni de l'autre » ; c'est-à-dire « rien du tout » ; cf. 1611 ny frac ny fric « [il n'y a] rien à manger » (COTGR.) ; exprime aussi une action rapide; cf. 1640 ce qui vient de fric s'en va de frac « ce qui est mal acquis se dissipe aisément » (OUDIN) ; d'où le sens 3 avec infl. sém. de fracture (TLFi) / Onomatopée (Francotte) / onomatopée, bruit de la chose que l'on casse (Pastilla1889) / 1836 pour le sens argotique (mais : 1669, onomatopée, « bruit de quelque chose qui se déchire ») (GR) / 1836 subst. « effraction » (VIDOCQ, Voleurs, t. 2, p. 288) ; d'où 1900 « vol avec effraction » (NOUGUIER, Notes manuscr. dict. Delesalle, p. 128)

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 577