popote

date : 1857 registre moderne : 6 fréquence : 77

popote & à la popote ; faire la popote ; faire la popotte ; faire sa popotte ; faire popote ; faire popote avec ; en popote ; chef de popote ; voiture popote n.f.

Cuisine, cantine (lieu), mess ; repas, repas préparé, soupe, nourriture ; préparer le repas ; réunion de plusieurs personnes qui mangent ensemble, préparent le repas ensemble (souvent contexte mil., plutôt pour (sous-)officiers), cuisiner et manger avec qqun ; soldat cuistot ; voiture destinée à la préparation du repas ANG : soup

Synonyme : nourriture, cantine, réfectoire, cuisine (lieu) Usage : militaire, guerre

4974.jpg: 1019x710, 112k (06 juillet 2011 à 18h49) 4974_la_popote_aux_manoeuvres.jpg: 800x537, 207k (22 mai 2017 à 05h05) 4974_popote_a_la_boucherie_militaire.jpg: 800x506, 121k (22 mai 2017 à 05h05) 4974_popote_des_brancardiers.jpg: 800x538, 114k (22 mai 2017 à 05h05) 4974_popote_des_officiers_aviation.jpg: 800x524, 173k (22 mai 2017 à 05h05) 4974_popote_en_plein_air.jpg: 800x531, 154k (22 mai 2017 à 05h05) 4974_popote_tonkin.jpg: 800x540, 141k (22 mai 2017 à 05h05) 4974_popote_zouaves.jpg: 800x540, 81k (22 mai 2017 à 05h05)

1932 la femme d'un de nos amis, habituée de notre « popote » 1932. De Gaby Deslys à Mistinguett 1945 il confie au chef de popote : « Demain et après-demain, arrangez-vous donc pour donner quelques suppléments, hein ? […] » 1945. Mon journal depuis la Libération 1942 Chacun son tour, quand il y avait des vivres, on faisait la popote. 1942. Le bouquet 1966 Mouchez et Choron promirent de venir prendre l'apéritif avec nous à la popote des sous-officiers 1966. Les cahiers du capitaine Georges - Souvenirs d'amour et de guerre (1894-1945) 1966 Nous commençâmes par une tournée de Pernod à la popote 1966. Les cahiers du capitaine Georges - Souvenirs d'amour et de guerre (1894-1945) 1966 L'heure du dîner arriva et nous nous rendîmes à la popote installée dans un café 1966. Les cahiers du capitaine Georges - Souvenirs d'amour et de guerre (1894-1945) 1904 Une odeur de bouillabaisse et de haricots à l'huile arrivait du Vieux-Port, où des Napolitains faisaient cuire leurs popotes sur les barques 1904. Pepete le bien-aimé 1943 Elle fut bientôt sur tous les terrains, dans tous les «Bessonneaux», dans toutes les popotes 1943. Batailles dans le ciel 1918 Venez donc dîner ce soir à ma popote. –Je veux bien, mon capitaine 1918. Mémoires d'un camoufleur 1918 Venez casser une croûte à ma popote. Ça ira bien mieux après 1918. Mémoires d'un camoufleur 1915 Voici la trace d'une « popote » surprise, à n'en pas douter, en plein travail culinaire, puisque la moitié seule des pommes de terre est épluchée 1915. Feuilles de route d'un ambulancier (Alsace - Vosges - Marne - Aisne - Artois - Belgique) 1961 Nous habitions par groupes de trois ou quatre et faisions popote ensemble 1961. Orages d'acier - Journal de guerre 1914 la pauvre vieille mère -figure lorraine aux yeux gris- nous fait une popote admirable. Soupe aux choux, ratatouille, légumes à la crème, etc.... 1914. Le cahier rouge, dans Georges Ducroq, Le tombeau de Marcel Drouet 1968 La popote est installée au hasard des cantonnements. Sur le terrain même, dans un baraquement, ou dans le village proche lorsque le popotier a découvert une maison rurale vide d'occupants dont le toit a résisté aux vicissitudes de la guerre 1968. Pilote de chasse aux Cigognes - avec Fonck, Guynemer, Nungesser et Garros 1931 une chambre et une cuisine ; ils y faisaient la popote, ne sortant que le soir pour opérer leurs démarches. 1931. Coeurs féroces... Amours farouches - Roman du milieu (chez les gangster de France) 1870 la femme de l'un d'eux faisaient la popote 1870. Le sublime ou le travailleur comme il est en 1870, et ce qu'il peut être 2006 un dédale de couloirs façon Union soviétique conduit à la « popote ». Une salle dans laquelle trône une grande table de bois. C'est ici que bat le coeur du commissariat. On s'y raconte les potins et on casse du sucre sur le dos des tauliers. 2006. Place Beauvau - La face cachée de la police 1916 Esnes ressemble à Marre et à Chattancourt. Nous nous y installons, en popote, chez une bergère jeunette 1916. Sous Verdun (août-octobre 1914) 1914-1919 Quant à la question popote, vous avez peu de chance d'être réclamé dans celle des officiers parce que vous venez d'arriver. Moi, je vous conseille de faire popote avec ceux de l'infanterie, puisque vous allez vivre en permanence au milieu d'eux. 1919. J'étais médecin dans les tranchées (2 août 1914-14 juillet 1919) 1914-1919 Nous avons réglé ta situation avec les sous-officiers de la popote de la 8e compagnie : ce soir, tu dînes avec eux, vous buvez le coup d'adieu et, demain matin, tu fais popote avec nous. 1919. J'étais médecin dans les tranchées (2 août 1914-14 juillet 1919) 1914-1919 En tant que chef de popote, je suis invité à aller à la citadelle faire mon plein de provision. Après une heure et demie de queue, je reviens avec quatre boules de pain et dix boîtes de sardines. 1919. J'étais médecin dans les tranchées (2 août 1914-14 juillet 1919) 1947 Les officiers de l'armée de Lattre n'avaient en campagne, m'explique-t-il, ni privilèges, ni ordonnance, ni popotes 1947. Mon journal dans la drôle de paix 1917 et, là où trônait, majestueusement débonnaire, le gardien des fortunes et des secrets du canton, des territoriaux font la popote. 1917. Le chass'bi. Notes de campagne en Artois et en Argonne en 1915 1915 Puis cette fois-ci, nous sommes ravitaillés, on peut faire notre popotte ; c'est l'eau qui nous manque 1915. (correspondance) Les cinq mois de campagne d'un ouvrier parisien (1) 1916 deux officiers se détachèrent de leurs camarades, entrèrent sans façon dans la maison dont nous encadrions la porte et, s'adressant à nos ordonnances, demandèrent : –Est-ce qu'on peut faire « popote » ici ? 1916. Méditations dans la tranchée 1917 Après dîner, autour de la table de la popote, nous nous employons fébrilement aux derniers préparatifs d'une course d'escargots 1917. Chignole (la guerre aérienne) 1915 À la compagnie nous maintenant quatorze sous-officiers, dont cinq instituteurs […]. Nous avons organisé une popote. 1915. Journal d'un poilu. août 1914-décembre 1915 1915 Isaure a dû vous dire quelle vie nous menons à la popote. 1915. Journal d'un poilu. août 1914-décembre 1915 1915 J'ai changé de popote. Je suis revenu à celle de la 32e, la cuisine y est meilleure et je suis plus à l'aise pour commander les sergents si je ne vis pas en camarade avec eux. 1915. Journal d'un poilu. août 1914-décembre 1915 1915 Tous les sous-officiers du peloton vivent en popote en nous mettons tout en commun ce qui nous est envoyé. 1915. Journal d'un poilu. août 1914-décembre 1915 1863 s'approchant du placide troupier qui épluchait patiemment des pommes de terre […]. –Eh bien ! ma vieille moustache, s'écria le zéphir […] on fait la popote en s'amusant et l'on en grille une, histoire de n'en pas perdre l'habitude ? 1863. Les bohèmes du drapeau. Types de l'armée d'Afrique 1914-1919 Déjeuner sommaire sur l'herbe. Dîner somptueux à Gonesse, au château de M. Cauchy. Je suis pour l'instant chef de popote et on me vote des félicitations ! 1914-1919. Les carnets de l'aspirant Laby. Médecin des tranchées 1914-1919 Père vient me voir à Doullens. J'y vais, conduit par Hénin, dans la voiture popote. 1914-1919. Les carnets de l'aspirant Laby. Médecin des tranchées 1914-1919 Le lieutenant Martinot, de la 23e, est tué. C'est triste. Lui aussi déjeunait à la popote Babonneau. 1914-1919. Les carnets de l'aspirant Laby. Médecin des tranchées 1914-1919 Suis momentanément chef de popote. Je vais en auto à Héricourt – aux provisions. 1914-1919. Les carnets de l'aspirant Laby. Médecin des tranchées 1928 À midi, ça sera bien difficile… Faut comprendre… I'n'a pas de femme, cet homme, pour lui faire sa popotte… 1928. La racaille 1947 Garin connaissait personnellement l'économe de la prison, M. Boche, qui avait obtenu pour lui la faveur de conserver sa porte ouverte. Masmonteil ayant fait la même pour moi, je pus voisiner et faire popote avec lui. 1947. Prisons tragiques. Prisons comiques. Prisons grivoises <37 citation(s)>

POPOTE, subst. fém. et adj. inv. I. Subst. fém. A. Fam. Cuisine, nourriture simple cuisinée par soi-même. Synon. pop. bouffe, cuistance, mangeaille. Préparer la popote. Ah ! ce que je vais vous faire un chouette pot-au-feu! D'habitude, il se chargeait de la popote (ZOLA, Débâcle, 1892, p.25). Le soir, quand Louis rentre, il est fourbu, on fait la popote ici: une soupe, ou bien des oeufs, du fromage, c'est vite fait (MARTIN DU G., Thib., Consult., 1928, p.1112). P. métaph. [La femme qui a un amant] veut quelqu'un qui lui donne ce que son mari ne lui donne pas, non plus la popote du coeur et des sens, mais de la cuisine de restaurant (BOURGET, Physiol. amour mod., 1890, p.75). B. Arg. milit. et lang. cour. 1. Réunion d'officiers et de sous-officiers, et, p.ext., de toutes autres personnes groupées pour prendre leurs repas en commun. Tout le front de Verdun allait dépendre de la IIe Armée; mais la IIe Armée et son chef ne dépendraient de personne, que du Grand Quartier Général. Cela n'avait rien d'un bobard de popote (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p.97). Loc. verb. Faire popote (ensemble); se mettre en popote; vivre en popote. S'associer, faire bourse commune pour prendre ensemble ses repas. Nous sommes une dizaine de camarades, sergents et soldats qui vivons à la ferme en popote (DORGELÈS, Croix de bois, 1919, p.118). Je fais popote avec Justin. Nous cuisons vaguement, sur le feu commun, de vagues lambeaux de bidoche que nous venons mastiquer dans la chambre de Justin (DUHAMEL, Désert Bièvres, 1937, p.233). 2. P. méton. Cuisine, local, restaurant où les membres de la popote prennent leurs repas. Aller, revenir à la popote. À la popote, il [le colonel] gueule comme un enfant de cochon quand ça dépasse deux cents balles par mois (VERCEL, Cap. Conan, 1934, p.99). Tu gagnes à l'hôpital... Oui, quatre-vingts balles, à titre d'indemnité de déplacement. Sans ça, je serais fait. Tiens, mon budget, il est pas compliqué: l'hôtel, soixante balles. (...) Et les repas: vingt-cinq sous à la popote (ARAGON, Beaux quart., 1936, p.362): 1. C'était en 1899. J'étais alors brigadier-fourrier, à Sfax, au 4e spahis. J'étais bien noté et comme, en outre, je ne buvais pas, le capitaine adjudant-major m'avait désigné pour la popote des officiers. Vraiment, une bonne place. Le marché, les comptes, marquer les livres de la bibliothèque qui sortaient... BENOIT, Atlant., 1919, p.22. Étymol. et Hist.1. 1857 arg. milit. « table commune » (d'apr. ESN.)

Formation enfantine, redoublement de pot, ou mot vosgien, « bouillie », à rattacher aux rad. pap- « manger », et pop- « téter » (Guiraud) (GR) / 1857 GR /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 788