se toquer

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1642 registre ancien : 5 registre moderne : 5 fréquence : 15

se toquer & se toquer de

S'éprendre, tomber amoureux, s'engouer de qqun, aimer ALL : (sich in j. vergucken)

Synonyme : aimer, apprécier, être amoureux

1863 Je ne comprends plus qu'on se toque des hommes ; qu'on ait des béguins, à en perdre le boire et le manger, pour des êtres grossiers, qui ont la peau rude, des poils partout, qui puent le tabac 1863. Le Bout de l'an de la noce 1904 la petite s'était toquée de ma poire 1904. La Maison Philibert 1952 il n'est pas concevable qu'une fille si jeune et si splendide se soit toquée de moi 1952. Une fille du tonnerre 1918 de Beausieur se toque d'une jeune fille du meilleur monde. 1918. Loin de la rifflette 1974 Se toquer d'un tableau parce qu'il vaut une fortune, autant mettre une étiquette avec le prix dessus ! 1974. Le roman d'un turfiste <5 citation(s)>

Familier A. − Se toquer de/pour qqn, qqc. Se prendre d'une admiration, d'une passion excessive et souvent passagère pour quelqu'un, quelque chose. Synon. s'amouracher, s'emballer, s'engouer, s'enticher. Se toquer d'un auteur, d'une idée. Scholl dit à Jules qu'une jolie femme s'est toquée pour lui et l'engage à coucher avec elle (Goncourt, Journal, 1853, p. 119). Ce terrible juif allemand, ce brasseur d'affaires dont les mains fondaient les millions, devenait imbécile, lorsqu'il se toquait d'une femme: et il les voulait toutes, il n'en pouvait paraître une au théâtre sans qu'il l'achetât, si chère qu'elle fût (Zola, Nana, 1880, p. 1180). B. − Se toquer de + inf.S'entêter, s'obstiner à (faire quelque chose). Elle se toquait de connaître tel ou tel individu qui n'avait aucun titre à être reçu chez elle, parfois parce qu'elle l'avait trouvé beau (Proust, Guermantes 1, 1920, p. 186). Prononc. et Orth.: [tɔke], (il se) toque [tɔk]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1642 se toquer (de) « s'éprendre, s'engouer (de) » (D. Ferrand, Muse norm., éd. A. Héron, t. 2, p. 246, 15). De toquer1*.

De toquer « sonner les cloches », verbe apparenté à toucher, ou de toque, comme se coiffer, s'embéguiner de..., mais toque lui-même pourrait se rattacher à la série (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 254