pignouf

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1857 registre ancien : 7 registre moderne : 6 fréquence : 28

pignouf & vieux pignouf ; pignuf ; Pignuf n.m.

Terme de mépris, imbécile, idiot ; individu grossier, désagréable, mal élevé, goujat ; individu (péj.) ; paysan ; homme ladre, avare ; canaille, minable, ingrat ANG : a stingy man

Synonyme : insulte, avare, radin, économe, terme de mépris, formule de mépris, grossier, individu grossier, impoli

1863 Oui ! y a des pignoufs qui disent que c'est l'espérance qui nourrit l'homme… L'espérance ! eh ! non : c'est la femme !… 1862-1863. Les jeux de l'amour et du bazar 1866 Mais à la scène capitale du vaudeville, quand Urinette se lave le cul, le vertueux philosophe [Louis Wihl, poète allemand] n'y put tenir, et sortit en bousculant les chaises… – « M. Rolland est un picnouf ! » s'écria-t-il. Le mot picnouf, employé pour pignouf, était le seul terme d'argot parisien qui eût pu se loger dans cette tête carrée. 1866. Avertissements 1927 Nous sommes des gars qui pratiquons la reconnaissance et non pas des pignoufs 1927. China-Town, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927) 1955 M. Grangeon voulait bien ressembler à Pierre Barry, mais pas au premier pignouf venu 1955. Faux frère (nouvelle), dans Les enquêtes de Nestor Burma et les Nouveaux mystères de Paris 1889 –Va-t'en ! Pignuf ! répond le Breton qui a sur le coeur l'aventure de la veille, va-t'en ! 1889. Le soldat Chapuzot 1918 j'avoue : c'est vrai que j'voulais forcer c't' armoire. –Mais c'est dégoûtant ! Mais tu te conduis comme un pignouf !… 1918. Au seuil des guitounes 1927 qui eut cependant avec lui le dernier mot, celui de « pignouf » 1927. Souvenirs de la vie de plaisir sous le second Empire 1953 Vraiment, le dessalé qu'est à côté de moi n'a pas la gueule d'un pignouf décoré de l'ordre du poircif ou de la grande gigouillette verte. 1953. Alors, pommadé, tu jactes ? <8 citation(s)>

Pop. et fam. Individu grossier, dépourvu de finesse, de délicatesse. Synon. butor, malotru, mufle, rustre.Ce n'était guère la peine d'employer tant d'art à laisser tout dans le vague, pour qu'un pignouf vienne démolir mon rêve par sa précision inepte (Flaub., Corresp., 1862, p. 24).Je n'admets pas qu'on puisse être un savant, un grand, −non pas l'homme qui sait beaucoup de choses et peut n'être qu'un vulgaire pignouf, mais celui qui possède l'esprit scientifique, ce don sublime! (Curel, Nouv. idole, 1899, II, 5, p. 216). Les gens d'ici sont très fins sur l'amour-propre et la réputation. Une fille qui se dérobe, et encore avec un pignouf de ce genre, ça fait parler, ça fait dresser les index (Giono, Baumugnes, 1929, p. 99). − Empl. adj. J'ai lu, cette semaine, L'illustre docteur Matheus, d'Erckmann-Chatrian. Est-ce assez pignouf? Voilà deux cocos qui ont l'âme bien plébéienne (Flaub., Corresp., 1872, p.457). [1857 (Vallès, s. réf. d'apr. Dauzat 1968)] 1. 1858 « personne mal élevée, grossière » (Larch., p.650 : Pignouf : voyou) (TLFi) /

P.-ê. du dial. pign(i)er (→ Pigner) ou d'une série en pign- exprimant la bouffissure ; comme bouif et gnaf, pignaf a désigné l'apprenti cordonnier, dont les surnoms sont liés à ce sémantisme (Guiraud) (GR) /Prob. dér. du verbe pigner « geindre, pleurnicher », répandu dans les dial. de l'Ouest, issu d'un rad. onomat. pī- (cf. piailler, piauler, pignouser et FEW t.8, p.417) ; la termin. insolite -ouf s'explique prob. par l'infl. phonét. des mots connexes pontif et gniaf (cf. EWFS) (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 197