pion

date : 1832 registre ancien : 4 registre moderne : 4 fréquence : 40

pion & pionne (fém.) n.

Surveillant d'élèves, surveillant d'études, surveillant dans institution scolaire ; maître d'études (plus ancien) ; type de normalien, d'élève studieux et pédant de l'école normale(?) ANG : (pawn) usher in a college

Synonyme : surveillant (d'élèves) Usage : scolaire, étudiant, grande école

1867 J'avais donné pour précepteur à mes enfants un ancien pion, assez capable, mais qui à la funeste passion de l'absinthe joignait le tort de n'être pas honnête. 1867. Les Malfaiteurs 1883 Les moutards viennent là, menés par les pions entre les deux classes. 1883. Le Tableau de Paris 1864 Sous un pion injuste et sévère, / Avaler Horace, Eureka, / Pour Noël avoir sa Grammaire, / Dès le collége on est forçat. 1864. Almanach des misérables. Parodie en vers 1932 mais ce n'était plus « la pionne » mais les régisseurs que Florelle faisait tourner en bourriques ; 1932. De Gaby Deslys à Mistinguett 2003 Toi, tu vas faire un malheur en pension. Toutes les pionnes vont s'étriper pour toi ! Elles sont toutes gouines les pionnes d'internat 2003. La pharmacienne 1845 Un maître d'études, ou, pour employer le terme consacré, un pion ne lui inspirerait pas la plus petite malice. 1845. Les mystères du collège 1845 la classe appartient au pion en l'absence du professeur ; là, il est le roi… ou il croit l'être. Il examine, surveille, et à la moindre parole, au moindre mouvement, prononce ce fameux mot stéréotypé sur ses lèvres : SILENCE ! 1845. Les mystères du collège 1927 l'après-midi où un pion nous mena en promenade au Trocadéro 1927. Souvenirs de la vie de plaisir sous le second Empire 1927 assis à quelques mètres de nous, sur le gazon, le pion suivait les péripéties des trois épreuves annoncées 1927. Souvenirs de la vie de plaisir sous le second Empire 1927 quand on vient d'échapper à la férule du pion 1927. Souvenirs de la vie de plaisir sous le second Empire 1918 Je fus nommé surveillant d'études, autrement dit pion. 1918. Loin de la rifflette 1918 avait été la révélation de la « Grande Vie » pour ce pion besogneux 1918. Loin de la rifflette 1882 Après les médiocres brillants [normaliens], les médiocres ternes. À la queue des pions sortis de la rhétorique, voici les nullités qui ont versé dans la politique, les ratés qui ont fait de la République leur carrière. 1882. Zola. Notes d'un ami 1882 Lui, un pion ? un normalien in partibus ? Allons donc ! Un pontife ? Pas davantage ! 1882. Zola. Notes d'un ami <14 citation(s)>

A. − Arg. scol. ou fam. Surveillant(e) dans un établissement scolaire. Synon. maître d'étude* (vieilli), maître1/maîtresse/surveillant(e) d'internat*, surveillant(e) d'externat*.Pion de collège, de lycée; se faire pion, chahuter le pion, la pionne. Sénécal (...) se promenait les mains derrière le dos, comme un pion dans une salle d'études (Flaub.,Éduc. sent., t.1, 1869, p.252).Elle levait les yeux pour apercevoir, par-dessus le haut mur de la cour, la fenêtre de sa chambre de pionne, à Sainte-Mechtilde (Daniel-Rops,Mort, 1934, p.394): . Les surveillantes ne réussissaient pas à nous faire tenir tranquilles. Nous passions les heures de battement (...) dans (...) «la salle d'étude des cours». Nous bavardions, nous ricanions, nous provoquions la pionne chargée d'y faire régner l'ordre... Beauvoir,Mém. j. fille, 1958, p.124. − Empl. adj. Air pion. MmeDaudet (...) se plaignait, ce soir, du côté correcteur, du côté pion de Ganderax et des sots points d'interrogation dont il avait semé ses épreuves (Goncourt,Journal, 1894, p.539). B. − Au masc. uniquement, péj. Personne à l'attitude pédante, dogmatique, à l'esprit étroit et lourd. L'auditoire qui garnissait les bancs était composé de vieux rapins, de pions, d'hommes de lettres inédits (Flaub.,Éduc. sent., t.2, 1869, p.128).Laissons aux pions les critiques de textes, aux esthètes les critiques de formes (Artaud,Théâtre et son double, 1938, p.90). − Empl. adj. Il a l'air charmant, (...) exquis, délicieux, pas pion pour un sou (Proust,Sodome, 1922, p.902). (TLFi) / pion n.m. arg. ARG. SCOL. ENSEIGN. MÉTIER "surveillant" - E, BW5, 1834 ; FEW (8, 146a), PR[72], ND2, 1835 ; L, DG, ø d. Add. DDL : Compl.TLF (mêmes réf., ø texte) 1833 - « Cet élève [...] avait fait passer des billets pour le savoir ; le pion, l'ayant découvert, lui dit des sottises selon son ordinaire. » Baudelaire, Corresp., let. à son frère, 25 mars, in Le Figaro littéraire, 5 janv. 1967 - J.S. pion n.m. arg. ARG. SCOL. ENSEIGN. MÉTIER "surveillant" - DDL 7, 1833, Baudelaire [repris in GR[85], TLF] ; E, GLLF, 1834 ; FEW (8, 146a), 1835, Flaubert ; L, ø d. 1832 - «[...] les frères correcteurs de la compagnie de Jésus, dignement remplacés, de nos jours, par la race abhorrée des pions et des maîtres d'étude.» R. de Paris, XLV, 277 - P.E. pion n.m. arg. ARG. SCOL. ENSEIGN. MÉTIER "surveillant" - DDL 7, 1833, Baudelaire [repris in GR[85], TLF] ; E, GLLF, 1834 ; FEW (8, 146a), 1835, Flaubert ; L, ø d. "Pour une femme" 1844 - «CORA. Quant à la littérature et aux beaux-arts, j'ai ton affaire... Je viens d'écrire à nos amies, Zizi, Linotte et Giboulette... Zizi, maîtresse de piano, et Linotte, ancienne élève du Conservatoire... Giboulette, qui vient de se marier avec un fort épicier, sort d'un pensionnat de jeunes demoiselles, où elle était pion. ROSINE. Pion ? CORA. C'est un grade de l'Université... Giboulette était pion, avant de devenir dame.» Dumanoir, Dennery, Clairville, Paris voleur, 26a (Marchant) - P.E. 1846 - «Elle s'appelle Mme HAUTEVILLE ; elle s'appelait de ton temps Mlle D'OLMY parente de Mme DES AUBREE ; ça m'a tout l'air d'un pion à la réforme et comme je sais par expérience que les sous-maîtres et les sous-maîtresses ne valent pas toujours grand' chose, j'attends tes ordres [...]» J. Janin, 735 let. à sa femme, I, 143 (Klincksieck) - P.E. pion n.m. arg. ARG. SCOL. ENSEIGN. MÉTIER "professeur" - E, 1933 ; absent TLF. 1907 - «Maître d'étude, surveillant. [...] Par extension, l'on donne le nom de pion aux professeurs et aux normaliens.» H. France, Dict. de la langue verte, 317 (Nigel Gauvin) - Ch.G. (BHVF) /

« Quelle est l'étymologie du mot pion ? Ah ! voilà une grande question. Un collégien nous fait savoir que généralement on le considère comme un diminutif d'espion. Nous ne nous inscrivons ni pour ni contre cette assertion. » (D'Albanès 1845) / 1833 Baudelaire, Lettre à son frère, 25 mars 1833 d'après DDL (GR) / 1833 «surveillant» (BAUDELAIRE, Corresp., Lettre du 25 mars ds QUEM. DDL t.7) ; 1878 fém. « sous-maîtresse d'un pensionnat de demoiselles » (RIGAUD, Dict. jargon paris., p.265) (TLFi) / 1832 (Enckell, BHVF) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 935