décavé

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

registre ancien : 5 registre moderne : 5 fréquence : 29

décavé & être décavé n., adj.

Ruiné, ruiné au jeu, perdant ruiné, n'avoir plus un sou, se dit d'un joueur qui vient de perdre tout son argent au jeu, qui n'a pas d'argent pour jouer ; sans force ANG : his cellar is empty (speaking of a ruined man or a spendthrift)

Synonyme : argent (sans), pauvre, ruiné, perdant, qui a perdu Usage : jeu, triche

1900 En chemin de fer, les bonneteurs sont toujours trois ou quatre. L'un tient ; deux autres jouent, pour amorcer. Si quelqu'un s'y laisse prendre, il est toujours décavé, et quelque fois soulagé de ses bijoux. 1900. Mémoires de Rossignol 1900 ""–Faites-vous toujours les courses ? lui dis-je. –Mais oui. –Êtes-vous un peu refait ? (À l'époque où on me l'avait recommandé, il était un peu mouise (décavé), relativement à son ancienne splendeur). –Oui, monsieur, me répondit-il, grâce à vous. "" 1900. Mémoires de Rossignol 1867 Figasse s'en allait à Bade pour y tenter la fortune. En un clin d'oeil il fut décavé 1867. Les Malfaiteurs 1937 une terrible débâcle de cloches… effroyablement anémiques… chlorotiques… flapis… une vraie retraite de Russie… décavés jusqu'aux ratamoelles 1937. Bagatelles pour un massacre 1905 Ils avaient immédiatement marié leurs filles à des hobereaux décavés de Paris, Londres et Vienne, leurs fils à des Italiennes et à des Espagnoles choisies pour leur beauté 1905. Combats 1880 Après, une récréation qui n'en finit plus, et durant laquelle, à la salle des jeux, les décavés cherchent à tromper leur ennui en d'interminables parties de billard 1880. Souvenirs d'un saint-cyrien 1927 a été racontée sérieusement par un décavé qui n'était pas de Marseille. 1927. Souvenirs de la vie de plaisir sous le second Empire 1927 Que faisaient Monsieur, l'amant en second et l'amant de coeur une fois décavés jusqu'au dernier louis ? 1927. Souvenirs de la vie de plaisir sous le second Empire 1868 tous les genres ont été essayés : inventeurs ruinés, prêtres dans l'embarras, réfugiés polonais, militaires compromis, boursiers décavés, etc. 1868. Les curiosités de Paris <9 citation(s)>

DÉCAVÉ, ÉE, part. passé, adj. et subst. masc. I. Part. passé de décaver2*. II. Adj. et subst. masc. A. Qui a perdu toute sa cave (cf. cave4), tout son argent au jeu. Joueur décavé. Gonçalves reconnut le joueur décavé qu'il avait secouru au cercle le soir de son arrivée à Lisbonne (MORAND, Eur. gal., 1925, p. 96). Emploi subst. masc. Eugène, le décavé de soixante mille francs, est en train de solliciter et d'obtenir une place (GONCOURT, Journal, 1868, p. 416). Un décavé, qui avait eu des différences énormes au baccara, pendant trois mois (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Endormeuse, 1889, p. 1174). B. Au fig., fam. Qui a perdu toute sa fortune, qui est ruiné : 1. Nobles décavés, académiciens chasse-galette, journalistes à court d'argent, dames du monde ruinées, s'adonnent à cette profession [d'aménageur de milliardaires]... L. DAUDET, L'Amour est un songe, 1920, p. 221. Emploi subst. masc. 2. À deux heures, plus rien, l'effondrement, le reste de la nuit passée pour le décavé à se demander où il trouvera de quoi faire honneur au chèque et à sa signature, la matinée employée en démarches vaines! BOURGET, La Geôle, 1923, p. 157. Prononc. et Orth. : [dekave]. Ds Ac. dep. 1835. Fréq. abs. littér. : 9. (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 932