bectance

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1880 registre ancien : 7 registre moderne : 7 fréquence : 32

bectance & becquetance n.f.

Nourriture, le manger ; repas ; brouet ANG : food ; thin broth

Synonyme : nourriture Morphologie : -ance

1955 dans l'arrière-salle cinq, six tables vides, chargées de couverts et de débris de bectance. 1955. Mollo sur la joncaille 1982 Beaucoup avaient un panier en osier, à couvercle, pour la bectance et la chopote, un panier comme celui des vieilles paysannes parce que c'était aéré et que cela se conservait mieux à l'intérieur. 1982. La vapeur 1929 Dame ! pour la becquetance, c'est autre chose… 1929. Je suis un geux 1969 Je laisse refroidir la becquetance et replonge mon oeil cornu dans la verdure 1969. Au décarpillage 1952 Traire les vaches et porter la becquetance aux poules, ça lui plaisait pas. 1952. Émile et son flingue 1918 si tu tiens pas à claboter de faim, faut licher ta bectance dans le sable. 1918. Loin de la rifflette 1918 Exemple, j'aime la bonne bectance… 1918. Au seuil des guitounes 1911 elle avait envie de se débrider la margoulette avec de la bectance de restaurant… 1911. Le journal à Nénesse 1953 Sans boulot depuis trois mois – bonniche de profession – elle en est réduite à pieuter avec celui qui lui ouvre son lit. Pour la bectance, elle fait comme aujourd'hui. 1953. Alors, pommadé, tu jactes ? <9 citation(s)>

BECQUETANCE, BÉQUETANCE, BECTANCE, subst. fém. Arg. Nourriture, repas : 1. Mais pour la bectance mon ami ! Fallait quand même, que je trouve du bulle! (...) On me faisait du « crédo » nulle part! (...) ni le boulanger (...) ni la fruitière... Céline, Mort à crédit, 1936, p. 466. 2. Judex, Lebail étaient de corvée. Ils ramassèrent les bouthéons, se dirigèrent vers la porte(...) Forestier(...) les repoussa vers l'intérieur : − Non, (...) on va vous apporter votre becquetance, la compagnie est consignée. P. Vialar, La Mort est un commencement,Les morts vivants, 1947, p. 358. − Marchand de béquetance. Restaurateur : 3. « Quand il y en a pour le marchand de béquetance, il y en a pour le marchand de sommeil. » A. de Lafaille (Larch. Suppl.1880, p. 14). Rem. Attesté dans Lar. encyclop., Rob. Suppl. 1970 et Lar. Lang. fr. 1re attest. béquetance 1880 (supra ex. 3) ; becquetance (1907 France) ; bectance 1916 (Barbusse, Le Feu, p. 27) ; dér. de becqueter*, étymol. 2 c, suff. -ance*. − Lar. encyclop. admet becquetance ou bectance. Rob. Suppl. 1970 écrit uniquement becquetance. − Fréq. abs. littér. : 6. (tlfi:bectance) /

De becqueter, becter «manger» (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 402