jus

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1884 registre ancien : 7 registre moderne : 5 fréquence : 95

jus & boire le jus ; boire un jus ; prendre le jus ; faire le jus ; corvée de jus ; homme de jus ; au jus ! ; quart de jus n.m.

Breuvage chaud du matin, généralement le café : café noir, café du soldat, mauvais café, ersatz de café ; boire un café ; préparer le café ; corvée de café ; homme chargé du café ; cri du café qui arrive, qui est prêt ALL : Kaffee der Soldaten / ANG : coffee

Synonyme : café (boisson, produit) Usage : militaire, guerre

4614.jpg: 466x700, 84k (10 juillet 2012 à 16h04) 4614b.jpg: 700x462, 114k (06 mai 2015 à 12h37)

1982 –On va boire un jus pour se réveiller ? –Va pour un jus. Où ça ? –Chez « La Vapeur ». On y va ! 1982. La vapeur 1954 Allez nous préparer un litre de jus, pendant que je m'habille 1954. Le soleil naît derrière le Louvre 1945 et assumaient les corvées de jus et de patates à tour de rôle 1945. Mon journal depuis la Libération 1918 tendait son quart à l'homme de jus 1918. Loin de la rifflette 1942 Au réveil, pas de jus, bien sûr, ni d'eau pour se laver, ni rien à manger. 1942. Le bouquet 1917 Mais ce sommeil profond et pesant ne résista pas une seconde à ce cri, lancé par une voix jeune et un peu canaille : –Au jus !… Et il y a de la « gnôle » ! 1917. La reprise du fort de Douamont 1917 Et même le lieutenant chef de section, dans l'abri de qui l'«homme de jus» s'était présenté tout d'abord, s'était «bombé de rab» - suivant la forte expression de l'homme de jus lui-même 1917. La reprise du fort de Douamont 1954 J'ai très mal dormi, bien sûr, mais au jus, j'ai fait mine de me frotter les mains en riant 1954. Walther, ce boche mon ami 1917 Ce fut la corvée de jus qui me découvrit. 1917. Mémoires d'un rat 1914-1919 Entre les pièces, on voit ici et là des petites tonnelles où les servants prennent le jus. 1919. J'étais médecin dans les tranchées (2 août 1914-14 juillet 1919) 1917 Mais un homme dévoué, qui s'est levé une heure avant les camarades, fait son entrée avec le jour dans chaque gourbi, un bouteillon fumant au bout des bras, et il crie : « Au jus ! », absolument comme en temps de paix dans les chambrées. 1917. Le chass'bi. Notes de campagne en Artois et en Argonne en 1915 1915 Le café est prêt. Jollivet, qui a l'oeil a tout, hurle soudain de son affreuse voix eraillée : –Eh ! les copains, tout le monde au jus ! 1915. Les poilus de la 9e 2009 Vous voulez un jus ? demanda-t-il tout en jetant un oeil vers la cafetière que l'équipe n'avait pas eu le temps de vider. 2009. Sang d'encre au 36 1916 des hommes s'agitent autour d'un petit feu. Leurs ombres vont et viennent devant la lueur rougeâtre. Ils font le café, le jus, comme ils disent, ce quart de jus indispensable dans lequel le pain trempé leur semble un régal 1916. En campagne (1914-1915). Impressions d'un officier de légère 1931 La voisine disparut puis revint avec un bol de café. –Tiens, buvez-moi ce coup de jus, ça va vous donner du nerf. 1931. Mal loti 2004 Arrêt café. Gino forçait Sabri à avaler un quart de jus brûlant et lui parlait dans le creux de l'oreille 2004. Une guerre au couteau. Algérie 1960-1962, un appelé pied-noir témoigne 1967 À travers la grille on nous tendait une gamelle de liquide noir. Les gardiens n'osaient l'appeler café, ils disaient le « jus ». Ça n'avait presque pas de goût, mais c'était chaud. 1967. Le cachot 1953 Je finis mon dessert, j'avale mon jus et cours m'enfermer dans la cabine téléphonique… 1953. Alors, pommadé, tu jactes ? 1947 Alors [en prison, le matin], on servait la demi-gamelle de jus ; c'était un ersatz plus que léger, et sans sucre. 1947. Prisons tragiques. Prisons comiques. Prisons grivoises <19 citation(s)>

JUS, subst. masc. B. P. anal. 1. Liquide de nature diverse (plus ou moins douteuse). Jus de chique. Le simple jus d'une chique de tabac trompant le martyre de leur faim grandissante (COURTELINE, Train 8 h 47, 1888, 2e part., 9, p. 197). J'entre dans la cité. Je cherche les jardins. Je marche dans un jus noir (CLAUDEL, Connaiss. Est, 1907, p. 33). a) Pop. Café. Il est maintenant devant un jus bouillant sur un zinc (QUENEAU, Pierrot, 1942, p. 55). Arg. milit. [Cri d'un soldat appelant les autres à boire le café] Au jus là-dedans! Quelqu'un crie Au jus là-dedans (...) Et le caporal chante Au pont de Minaucourt (ARAGON, Rom. inach., 1956, p. 59). Du tant au jus. Tant de jours avant la libération du contingent. (Dict. XXe s.). Premier jus, deuxième jus. Soldat de 1re, de 2e classe (Dict. XXe s.). Prononc. et Orth. : 1895 « café noir » (DELVAU.). Du lat. jus, juris « jus, sauce, brouet ». Fréq. abs. littér. : 532. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 543, b) 595; XXe s. : a) 826, b) 982. Bbg. CHAUTARD (É.). La Vie étrange de l'arg. Paris, 1931, p. 223. - QUEM. DDL t. 5, 17. (tlfi:jus) /

Extension (et spécialisation) de sens (gb) / ancien terme de caserne ; ignoré par les soldats lyonnais vers 1887-1890 (Dauzat1918) / Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 884