gazer

registre ancien : 7 registre moderne : 7 fréquence : 46

gazer & gazer au poil ; ça gaze ; ne pas gazer

Aller bien ; convenir, satisfaire ; formule de satisfaction (ça va, c'est bien bien) ; ne pas aller, ne pas aller bien, ne pas convenir ANG : it's all right /

Synonyme : convenir, accord, être d'accord, accepter, aller bien

1957 –T'fais pas de mousse, ça gaze, qu'il dit. 1957?. Dix ans de frigo 1957 –Oh… c'est toi Larry, que dit le nouveau en baissant le rayon de sa torche vers le sol. Qu'est-ce qui gaze pas ? 1957?. Dix ans de frigo 1957 T'as pas à avoir les jetons maintenant, poupée. Ça va gazer au poil. 1957?. Dix ans de frigo 1927 Une fois hors de la gare, ils furent assez embarassé. Où aller porter nos puces ? […] Si encore nous avions des adresses d'hôtels, ça pourrait gazer 1927. China-Town, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927) 1955 –Ça ne gaze peut-être pas beaucoup, dans la famille ? […] –Vous en avez déjà vu, vous, des familles où ça gaze ? 1955. Fièvre au Marais xxxx Si ça gaze pas, il n'y a qu'à faire des trous et les transformer en mitaines. xxxx. Écrits 1929 Ça gaze-t-il ! Ou ça ne gaze-t-il pas ? 1929. Je suis un geux 1967 Il la trouva plus moche que d'habitude, mais en marchant vite et en évitant les éclairages trop crus, ça pourra gazer pour l'Américain, plus souvent obnubilé par les lolos volumineux et pointus. 1967. Raymond la Pente 1918 Hier, il essaye son appareil, fait un tour à 1000 mètres, quelques acrobaties, atterrit et déclare que ça gaze. 1918. Notes d'un pilote disparu (1916-1917) 1918 Ça n'a pas gazé du tout avec le patron qui n'aime pas que ça ne barde pas à son idée. 1918. Notes d'un pilote disparu (1916-1917) 1917 Un temps pour demoiselle… un vrai voyage de noces… Ça gazera !… Vous en faites pas ! 1917. Chignole (la guerre aérienne) 1933 Sans doute que ça ne gaze pas avec Georges, alors elle est de mauvais poil 1933. Puberté. Journal d'une écolière 1933 Mon nouveau flirt est un boxeur. Robert, qui est moche, a dix-neuf ans. On dirait qu'il va devenir très amoureux de moi. Ça gaze déjà bien ! 1933. Puberté. Journal d'une écolière 1924 Allons, ça gaze ! dit Jack, j'suis content de l'expédition, on en a fauché pour trois sacs au moins. 1924. Les dessous de Montmartre 1953 Et vous, Champler, pourquoi cette pâleur, ce tremblement ? y'a quelque chose qui ne gaze pas ? […] –Moi ? Vous êtes fous [sic], Blankie ! Tout va bien… Un peu surmené, pas plus… 1953. Alors, pommadé, tu jactes ? 1956 je crache impudemment sur la somptueuse banquette de cuir jaune un fameux paquet de flotte. D'un coup, ça gaze mieux. 1956. Fais gaffe à tes os 1945 Henri, le motard […] sent que quelque chose se passe ; il se penche… « Alors, mon lieutenant, ça gaze pas ? » –T'occupe pas, fonce ! 1945. Quelques-uns des chars. 1939-1940 <17 citation(s)>

GAZER II. Emploi intrans., fam. [Le suj. désigne un véhicule à moteur] Marcher à pleins gaz, aller à toute vitesse. Synon. filer, foncer, carburer (fam.). Et quand l'engin [l'auto] gazait et était lancé, au lieu d'en profiter pour filer en ligne droite, le père François, qui avait ses habitudes sur cette route (...) s'arrêtait à la porte de toutes les auberges (CENDRARS, Homme foudr., 1945, p. 189). P. métaph. On a un drôle d'engin dans la cervelle, une usine à fabriquer le bonheur ou le cafard, selon qu'elle gaze ou qu'elle grippe (ARNOUX, Paris, 1939, p. 159). P. ext. Ça gaze. Ça va, ça marche, ça suit son cours. Jimmy. Alors, ça gaze les affaires, à ce qu'il paraît? Lili. Ça commence... deux cent mille francs de commandes le mois passé (BOURDET, Sexe faible, 1931, I, p. 256). La musique cessa. Ils regagnèrent leur table. Alors, demanda Stahl. Ça gaze? Merci, dit Jacques (QUENEAU, Loin Rueil, 1944, p. 194) : Il se tenait pour un dur, et serrait les dents sans que changeât l'expression joviale de sa trogne éclatante malgré les blessures, pendant que Gardet le tirait de la carlingue avec lenteur. Attendez, les copains! cria Pol affairé, les yeux en boule. Je vais chercher une civière. Sinon, ça ne gazera pas, on va l'esquinter. MALRAUX, Espoir, 1937, p. 479. Étymol. et Hist. 2. 1915 « aller vite en parlant d'une machine à moteur à explosion » (MARCEL, Journ., 21, 6, 15 ds ESN. Poilu 1919) d'où 1916 « aller bien » (déc. 16, ibid.) BBG. SAIN. Sources t. 2 1972 [1925], p. 146; t. 3 1972 [1930], p. 65. (TLFi)/

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 408