veine

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1801 registre ancien : 7 registre moderne : 6 fréquence : 204

veine & avoir de la veine ; être en veine ; avoir la veine de ; coup de veine ; avec un peu de veine ; veine ! ; quelle veine ! ; veine que ; une veine ; ne pas avoir de veine ; pas de veine ; c'est bien ma veine ; voilà bien ma veine ! ; c'est ma veine ; v'là ma veine ! ; ma veine ! ; être en mauvaise veine ; ne pas être en veine ; tenter la/sa veine ; porter la veine ; ce n'est pas de veine ; encore une veine n.f.

Chance, bonne fortune, avoir de la chance, coup de chance ; avoir de la réussite, période de chance ou de profit ; ne pas avoir de chance, pas de chance ; expression de dépit (par antiphrase) ; bravo, tant mieux !, expression de joie, de satisfaction ; ne pas avoir de succès, ne pas avoir de réussite ; (filon) ANG : good luck, what luck ! (for good luck) no luck ! (for bad luck)

Synonyme : chance, avoir de la chance, chanceux, malchance, malchanceux Famille : veine (chance) Usage : jeu, triche

1914 Chaque fois qu'on rencontre deux amis ensemble, ma copine et moi, j'écope toujours du plus moche… V'là ma veine ! 1914. La grâce de Bichu, dans Racaille et parias 1906 Voilà bien ma veine !… Pour une fois que je gagne, je suis roulé, moi, moi… un commissaire de police !… 1906. Dans un fauteuil 1862 jouez donc ; la veine est bonne, il faut en profiter, et que risquez-vous ? 1862. Mémoires de Canler, ancien chef du service de sûreté 1797-1865 1884 J'ai que j'ai épuisé tous les trucs, tapé tous les camarades tapables ! J'ai que je n'ai plus de veine au bac ! 1884. Le Boul' Mich' 1963 vous n'avez pas de veine 1963. Monsieur Incognito 1937 Le culte des héros c'est le culte de la veine 1937. Bagatelles pour un massacre xxxx supposant que ce criminel n'ait pas eu la veine d'éviter par la fuite des poursuites judiciaires xxxx. Écrits xxxx Ayant eu la veine de m'en sortir xxxx. Écrits 1896 Décidément le sapeur est en mauvaise veine 1896. Le sapeur Camember 1899 C'est pour me dire ça, avec quelques douceurs autour, que vous avez interrompu ma veine ? 1899. Dent pour dent !..., dans L'instinct - Marthe 1899 la condamnation de Jeanolle semble avoir coupé sa veine 1899. Les Mémoires de M. Goron - Haute et basse pègre 1808 Je trouvai des donneurs d'avis / En descendant du cohe ; / Au jeu je les suivis, / Et vis / Bientôt vider ma poche ; / Mais dès qu'ils m'eurent dépouillé, / Prenant part à ma peine, / Ils m'ont par amitié / Conseillé / D'attendre une autre veine 1808. Relation naïve et véridique du voyage de Lolo du Bourg à Paris, dans L'épicurien français, ou les dîners du caveau moderne, 3e année 1882 le tapis vert est prêt, les cartes sont placées. – Depuis cinquante centimes jusqu'aux gros billets, tout le monde peut y tenter la veine. 1882. Nos farces à Saumur 1935 et me voici, bien décidé à tenter ma veine. 1935?. L'as des as (Vaudeville en I acte) 1834 À cette autre, une autre, puis d'autres : continuité de veine, le pentre s'obstine à vouloir perdre son argent en cherchant à le regagner […] On n'a jamais vu de veine aussi malheureuse 1834. Une infirmerie de prison, dans Paris ou le livre des cent-et-un 1974 Décidément, je suis en veine. Le brigadier chargé de la fouille à l'EMS de Fresnes a lui aussi taquiner la bouteille. 1974. Ancien détenu cherche emploi 1916 décidément, nous la veine : un rail en fer, un seul, posé en travers, a tout encaissé en plein corps et nous a sauvés. 1916. Crapouillots - Feuillets d'un carnet de guerre 1916 Veine que j'aie été prévôt dans l'active ! Sans ça j'y étais, et comment ! 1916. Sous Verdun (août-octobre 1914) 1916 –Le roi… atout… atout… / J'ai une veine insolente. 1916. Sous Verdun (août-octobre 1914) 1918 Mais comme un joueur aussi que sa veine persistante inquiète et qui craint de lasser la fortune, il arrive un moment où le soldat s'effraie de sa chance. 1918. Les commentaires de Ferdinand (ancien rat de tranchées), dans Mémoires d'un rat 1918 Veine ! I' [le bouthéon] s'est pas mis cul par d'sus tête ! 1918. Au seuil des guitounes 1971 « Bonjour, madame, je voudrais voir François ! –Il n'est pas là. Il ne rentre que ce soir. » C'est bien ma veine. 1971. Histoire de Michèle 1918 le rendant semblable aux garçonnets qui ont la veine d'être civils. 1918. Loin de la rifflette 1915 Ouf ! Veine ! Je viens de prendre une douche et un bain de pieds. Imaginez que ce n'était pas sans besoin ! C'est tout un événement. 1915. Journal d'un poilu. août 1914-décembre 1915 1931 Mme Nénesse était navrée de voir le temps si mauvais. Décidément, ce n'était pas de veine. 1931. Mal loti 1977 Encore une veine qu'on sorte pas la nuit. Trop dangereux, disent ces messieurs. 1977. Faut pas rire avec les barbares 1953 Cézame n'y avait pas cru tout d'abord. Des coups de veine comme celui-là, ça n'arrive pas deux fois dans la vie d'un commissaire. 1953. De la boue et des roses <27 citation(s)>

VEINE, subst. fém. C. Chance, fortune. 1. Vieilli. Bonne, heureuse, mauvaise veine. Une veine plus favorable s'ouvrit pour lui [Restif] en 1764; un de ses amis lui fit avoir la place de prote chez Guillau, rue du Fouarre (NERVAL, Illuminés, 1852, p. 247). En interj. Synon. chic, chouette2 (fam.). Monsieur Lepic : Tu ôteras ça demain, nous reviendrons. Poil de Carotte: Veine! Pourvu qu'il fasse beau! (RENARD, Poil Carotte, 1894, p. 77). Veine ! Ce vieux normalien racorni rythme la musique de Rameau avec sa tête (...) et paraît enchanté (COLETTE, Cl. école, 1900, p. 153). En compos. Porte-veine. V. porte-. 2. Mod. Synon. arg. pop. bol2, pot1; anton. déveine, malchance. Avoir de la veine, un coup de veine, une sacrée veine; avoir de la veine à (en) revendre ; avoir de la veine dans son malheur; avec deux sous de veine; ce n'est pas de veine; ne pas avoir de veine; c'est bien ma veine. Soudain, le petit point noir qu'on attendait: un avion boche. Le reste, c'était une question de sport et de veine. Tout pouvait être réglé en vingt minutes, retour au terrain compris (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p. 258). Expressions (Être) en veine. (Être) dans une période de chance, de réussite. Romero est si peu en veine, ce soir, que je suis forcé de jouer contre mon propre argent, afin de compenser mes pertes (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p. 293). Il n'y a de la veine que pour la crapule, la canaille. Il n'y a que les gens malhonnêtes qui ont de la chance. Il n'y a de la veine que pour la canaille, on a bien raison de le dire (COURTELINE, Vie mén., Peur des coups, 1895, p. 175). Une veine de cocu, de pendu, de + subst. à connotation péj. Chance insolente. J'avais pour me trouver dans des cas de ce genre une espèce de veine de chacal (CÉLINE, Voyage, 1932, p. 460). Ce Respellière a une veine de cocu! (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 39). [Dans une exclam.] Chance exceptionnelle, extraordinaire. Aussitôt installé dans le train, il se disait: Mon Dieu quelle veine! me voici libre! (HUYSMANS, Oblat, t. 1, 1903, p. 10). ll n'y a pas eu de contrôle. À Lyon j'ai changé de train. Tu en as de la veine! (...) Les Boches deviennent négligents (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 279). Étymol. et Hist. 1640 trouver la veine « découvrir le secret d'une affaire » (OUDIN Curiositez); 1672 trouver une bonne veine « découvrir le secret d'une affaire, ce qui l'explique » (Mme DE SÉVIGNÉ, Corresp., éd. R. Duchêne, t. 1, p. 500); 1689 « être dans une mauvaise veine de santé » « être indisposé » (ID., ibid., t. 3, p. 497); 1740 être tombé sur une bonne veine « avoir été favorisé par la chance » (Ac.); 1798 être en veine de bonheur « réussir dans tout ce qu'on entreprend » (Ac.); 1801 être en veine « gagner continuellement au jeu » (A. GOUFFÉ, La Bouillotte, in Les Dîners du Vaudeville, no 43, germinal an 9, p. 16 ds QUEM. DDL t. 19); 1832 avoir la veine « gagner continuellement au jeu » (RAYMOND). (tlfi:veine) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 933