épater

registre ancien : 7 fréquence : 5

épater

& ne pas s'épater ; ne s'épater de rien ; sans sépater

S'émouvoir [inquiéter ?] ; résister, ne pas s'écraser(?) ; sans s'émouvoir ; toujours garder sa contenance

xxxx vous n'avez pas encore dû trouver ma longue-vue ? –Non ; pas encore. Mais nous la trouverons, ne vous épatez pas. xxxx. Écrits
1912 Quand ils rencontrent un adversaire qui ne s'épate pas, comme moi, ça les change, et ils entassent gaffes sur gaffes. 1912. Le bouchon de cristal
1917 Bravo la 8e ! Hein ? mon lieutenant, c'est quelqu'un, leur capitaine ? Tout à la douce, sans faire de bruit, mais sans s'épater. Ah ! Il est là ! 1917. Nuits de guerre (Hauts de Meuse)
1918 –Vous voyez, Séassau ? –Pas très bien mon commandant. –C'est vrai, Maignan ; les arbres gênent. / Alors l'autre, sans s'épater : –Mais il n'y a qu'à sortir du bois, mon commandant ! 1918. Au seuil des guitounes
1915 Il pensait avec quelque estime : «Celui-là ne doit s'épater de rien.» 1915. Les soldats de la guerre : Gaspard
1915 Gaspard, qui pourtant s'épate pas, il en bavait des ronds d'chapeau ! 1915. Les soldats de la guerre : Gaspard

<6 citation(s)>

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).