grisbi

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1895 registre ancien : 10 registre moderne : 9 fréquence : 26

grisbi & grisby ; grisbis ; crisby ; toucher du grisbi n.m.

Argent ; gagner de l'argent

Synonyme : argent Morphologie : bi, ebi

4513.jpg: 605x511, 55k (06 juillet 2011 à 18h48)

1963 Touche pas au grisbi, salope ! 1963. Les Tontons Flingueurs 1958 Tatave alla chercher le grisbi 1958. Tatave 1952 on commença à se creuser la tête pour savoir où c'est qu'on pourrait bien toucher un peu de crisby 1952. Rencontre dans la nuit 1954 Il y avait longtemps que le crisby était partagé entre ces arnaqueurs 1954. L'Aristo chez les tricheurs 1953 Il l'avait dénoncé non pour faire son devoir, mais pour toucher le grisbi. Et ça, c'était laid. 1953. De la boue et des roses 1956 Dire que ce mec, avec le grisbi chouravé en Allemagne, pourrait se la couler la douce… 1956. Fais gaffe à tes os <6 citation(s)>

GRISBI, subst. masc.

Arg. Argent. Synon. pop. fric, galette, pèze, pognon. Le grisbi, je suis assez grand pour aller le chercher moi-même! (...) Riton qu'avait même pas su se tenir en homme (...) dès qu'il s'était senti assez de grisbi (SIMONIN, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 231). Prononc. : []. Étymol. et Hist. 1896 grisbis arg. « argent » (DELESALLE, Dict. arg.-fr. et fr.-arg.). Mot composé du rad. de griset, au sens de « pièce de six liards » (1834 ds ESN.), dér. de gris*, à cause de la couleur (cf. aussi ca 1634 grisette « monnaie », La Muse Normande de D. Ferrand, éd. A. Héron, II, 91; 1784, Brest, monnaie blanche et grise ds ESN.), et d'une seconde partie d'orig. obsc. qui représente peut-être le suff. pop. -bi, à rapprocher de nerbi « très noir » (d'apr. ESN.). Il n'est pas impossible que grisbi (anciennement grisbis) soit un composé tautologique de gris* et de bis1*. Bbg. RIGAUD (A.). L'Arg. litt. Vie Lang. 1972, pp. 114-117.

Cette expression : «Ne touchez pas au grisbi», devient une variante de : «Ne chahutez pas avec les nippes». C'est le maître mot qui dirige la chronique de ces chevaliers de fortune mal acquise qui donnèrent de la mobilité aux romans de cape et de mitraillette de Peter Cheyney. Mac Orlan, préface à Touchez pas au grisbi, de Simonin (cité par GR) / De gris «monnaie grise» (cf. rouchi griset «liard», 1834), et suff. pop. -bi (GR) / Mot composé du rad. de griset, au sens de «pièce de six liards» (1834 ds ESN.), dér. de gris, à cause de la couleur (cf. aussi ca 1634 grisette «monnaie», La Muse Normande de D. Ferrand, éd. A. Héron, II, 91 ; 1784, Brest, monnaie blanche et grise ds ESN.), et d'une seconde partie d'orig. obsc. qui représente peut-être le suff. pop. -bi, à rapprocher de nerbi «très noir» (d'apr. ESN.). Il n'est pas impossible que grisbi (anciennement grisbis) soit un composé tautologique de gris et de bis (TLFi) / Penser aussi à une dérivation dans le série blé (cf. Guiraud) à partir de gripi (meunier) (gb) / Avant de disparaître vers 1927-1928, se prononçait graisbi ; revenu pendant l'occupation (Le Breton, LexRifHom) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 320