mon bonhomme

registre ancien : 7 registre moderne : 7 fréquence : 13

mon bonhomme

locution

Appellation très familière, parfois menaçante (parfois pour soi-même, quand on se parle familièrement) ; appellation familière et amicale (mon bon homme)

1900 Et, tout bas, je me disais : –Je te connais, mon bonhomme ! Si je te laisse aller, fût-ce dix minutes, à propos de bottes… ou de pantoufles, tu vas raconter l'affaire à ta femme. Ta femme la racontera à ses voisines, et dans une demi-heure tout Creil ne parlera plus que de cela. La mèche sera éventée. Non, non ! pas de ça, mon brave ! 1900. Mémoires de Rossignol
1958 S'il le faut on ira en justice, mon bonhomme, mais le jardin ne sera jamais à un feignant qui se sauve quand il voit une bêche ! 1958. Chandeleur l'artiste
1849 Si vous continuez à user le parquet, je vous augmenterai, mon bonhomme. 1849. Madame veuve Larifla
1912 Tu causeras, mon bonhomme. Foi de Lupin, je te ferai cracher ta confession. 1912. Le bouchon de cristal
1889 Ah ! pardié, reprit le concierge, si vous croyez que je ne vois pas la ficelle ! Je les connais, ces trucs-là, apporter des lettres !… Ah ! ah ! et puis on demande des secours, une aumône. C'est percé à jour, ça, mon bonhomme… 1889. L'ami du commissaire
1970 Maintenant mon bonhomme, tu vas jacter. 1970. La drogue. Drogues et toxicomanes
2004 Attends, mon bonhomme. Nous causerons sérieusement tout à l'heure. 2004. Une guerre au couteau. Algérie 1960-1962, un appelé pied-noir témoigne

<7 citation(s)>

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).