mon bonhomme

registre ancien : 7 registre moderne : 7 fréquence : 11

mon bonhomme locution

Appellation très familière, parfois menaçante (parfois pour soi-même, quand on se parle familièrement) ; appellation familière et amicale (mon bon homme)

1900 Et, tout bas, je me disais : –Je te connais, mon bonhomme ! Si je te laisse aller, fût-ce dix minutes, à propos de bottes… ou de pantoufles, tu vas raconter l'affaire à ta femme. Ta femme la racontera à ses voisines, et dans une demi-heure tout Creil ne parlera plus que de cela. La mèche sera éventée. Non, non ! pas de ça, mon brave ! 1900. Mémoires de Rossignol 1912 Tu causeras, mon bonhomme. Foi de Lupin, je te ferai cracher ta confession. 1912. Le bouchon de cristal 1889 Ah ! pardié, reprit le concierge, si vous croyez que je ne vois pas la ficelle ! Je les connais, ces trucs-là, apporter des lettres !… Ah ! ah ! et puis on demande des secours, une aumône. C'est percé à jour, ça, mon bonhomme… 1889. L'ami du commissaire 1970 Maintenant mon bonhomme, tu vas jacter. 1970. La drogue. Drogues et toxicomanes 2004 Attends, mon bonhomme. Nous causerons sérieusement tout à l'heure. 2004. Une guerre au couteau. Algérie 1960-1962, un appelé pied-noir témoigne <5 citation(s)>

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 776